Adoption du budget 2024 du projet d’appui à la connectivité et au transport

Kinshasa, 12 février 2024 (ACP).- Le programme de travail et le budget 2024 consolidé du Projet d’appui à la connectivité et au transport (PACT) pour l’exercice 2024 ont été adoptés à l’unanimité  à 392.714.829,53 dollars américains contre 500.000.000 USD prévus pour la 1ère phase, au cours d’une séance de travail lundi à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

« Nous venons de suivre les explications sur le programme de travail et budget annuel consolidé du projet d’appui à la connectivité et au transport qui ont été adoptés à l’unanimité à 392.714.829,53 dollars américains, reparti en 93 opérations à réaliser conformément aux options levées lors de l’atelier de lancement du projet à Mbuela Lodge et les prévisions de décaissement chiffrées à 105.813.350,74 USD », a déclaré Alexis Gisaro Muvunyi, ministre d’Etat des Infrastructures.

Il a fait savoir que l’accord de financement du PACT a été négocié entre  le 16 et 18 mai 2022 et approuvé au conseil d’administration de la Banque mondiale le 23 juin 2022 et il est entré en vigueur le 23 mars 2023 pendant que  l’ordonnance loi portant promulgation de l’accord de don l’a été le 1er  octobre 2022 avant que la ratification de l’accord de crédit intervienne le 19 novembre 2022.

Il a, à cet effet, soulevé dans les discussions, les  inquiétudes en ce qui concerne la capacité de consommation des crédits par les entreprises dans le cadre des projets financés par les partenaires techniques et financiers.

Par ailleurs, le coordonnateur de la Cellule infrastructures Billy Tshibambe a indiqué que le projet d’appui à la connectivité et au transport (PACT) a été lancé mercredi, dans la banlieue de la cité de Kisantu, au Kongo central, dans le Sud-Ouest de la République démocratique du Congo, lors d’un atelier d’ouverture.

Ce lancement du  PACT a marqué un tournant décisif pour l’appropriation par les parties prenantes au projet des objectifs définis pour chaque secteur concerné, notamment les secteurs routier, aérien et de la télécommunication numérique.

Selon lui, la première phase qui a fait l’objet de la réunion de ce lundi, est financée à hauteur de 500 millions des dollars américains sur le un milliard cinq cents millions des dollars américains repartis en trois phases ciblant les zones géographiques à plus grande concentration de la population. Il a ajouté qu’il s’agit des  provinces de l’Ituri, du  Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du  Kasaï, du Kasaï Central, du Kasaï-Oriental et  de la Lomami.

Le PACT intervient au centre et dans l’Est du pays sur le corridor reliant les principales zones urbaines de la ville de Mbuji-Mayi et les villes orientales de Bukavu, Goma et Beni par la nationale n°2. Cette intervention devra accélérer progressivement la liaison routière entre l’Ouest (à partir de Moanda et Boma) et  l’Est de la RDC.

Le PACT consiste à aménager et  à bitumer  la route nationale no 2 qui relie la ville de Mbuji-Mayi à Kabinda chef-lieu de la province de la Lomami faisant partie du corridor de Djibouti en trois phases. La première phase va consister à l’aménagement et au bitumage de la section Mbuji-Mayi -Kabinda-Mbanga (280km) et la section Butembo-Kanyabayongo (160km). La deuxième phase portera sur la section Bukavu -Kasongo, soit un total de (444km).

Dans le secteur aérien, il se chargera des travaux de drainage et d’assainissement de l’aéroport international de Goma et appuiera les actions restantes pour la certification de cet aéroport par l’organisation de l’aviation civile (OACI). Il s’agira également de l’assistance technique à l’autorité de l’aviation civile pour accroître les capacités dans le domaine de sûreté et sécurité aériennes et dans le contrôle et la surveillance de l’espace aérien de la République démocratique du Congo.

Dans le secteur de télécommunication numérique, le PACT va avec la construction des infrastructures d’accueil des câbles à fibres optiques lors de l’exécution des travaux routiers et la mise en place du partenariat public-privé pour l’activation de la fibre optique, combler les chaînons manquants afin d’établir une connectivité numérique entre la partie Est et Ouest de la RDC et accélérer le développement économique grâce à la transformation digitale.

Il a fait savoir que le PACT  sera fait dans le strict respect des directives environnementales et sociales, des procédures de passation des marchés de la Banque Mondiale ainsi que dans le respect du genre.

Le projet est né à la suite du dialogue entre la Banque mondiale et les autorités congolaises sur l’approche des intervenants dans le secteur routier et de transport et voies de communication en général, après les leçons tirées du projet d’ouverture des routes hautement prioritaires (Pro-Routes) qui a été clôturé en juin 2020 après 12 ans de mise en œuvre.

Objectifs du projet

Le projet d’appui à la connectivité et au transport a pour objectif de fournir une connectivité résiliente, sûre et durable dans les provinces du Kasaï, Kasaï central, Kasaï-Oriental, Lomami, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri, d’accroître la transparence et la gouvernance du secteur des transports et des télécommunications de la RDC.

Il est structuré  dans ce  secteur en quatre composantes pour un coût de 500 millions de dollars américains et ce, en gouvernance sectorielle pour une meilleure connectivité soit 36 millions USD; le  programme d’amélioration des transports et de connectivité numérique (405 millions USD); les  mesures environnementales et sociales (56millions) et la  contingence d’intervention d’urgence (3 millions USD).

En plus de l’aménagement et du bitumage proprement-dit des routes ciblées, ces composantes et leurs sous – composantes devront permettre l’amélioration de la gouvernance et la transparence des secteurs de transports et de télécommunications respectivement à travers le Fonds national d’entretien (FONER) et la Régie des voies aériennes.

Des assistances techniques dans les domaines de la sécurité routière, du contrôle de charge à l’essieu, de la vulnérabilité climatique des routes du projet et du partenariat public-privé (PPP) devraient permettre une meilleure gestion du patrimoine routier et des investissements consentis.

Les activités réalisées d’avril à décembre 2023

Selon le coordonnateur de la Cellule infrastructures, il a été effectué d’avril à décembre 2023, l’audit de sécurité routière des études techniques des actions de bitumage de la route nationale no2, l’actualisation du Plan d’action de  recasement pour le tronçon Mbuji-Mayi-Kabinda-Mbanga, l’élaboration du plan de gestion de la biodiversité des routes du projet, la réalisation des études diachroniques sur les dix dernières années, le financement rétroactif des travaux d’achèvement de la tour de contrôle de l’aéroport de Goma, la gestion des projets et les missions de suivi des études de sauvegarde environnementale et sociale. ACP/KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet