RDC : l’artisanat, un secteur de production  contribuant  à 70% à l’économie nationale

Kinshasa, 29 janvier 2024 (ACP).- L’artisanat est un secteur de production qui contribue à plus de 70% à l’économie de la République démocratique du Congo, a déclaré le président du conseil national des artisans du Congo, au cours d’un entretien lundi avec l’ACP.

« En tant que secteur de production, l’artisanat  est un secteur porteur des richesses qui contribuent à plus de 70% à l’économie nationale de la République démocratique du Congo », a déclaré M. Ignace Biza Bwaya, président du conseil national des artisans du (CNAC).

Il a fait savoir que depuis 2022, le Chef de l’État avait signé une ordonnance portant promotion de l’artisanat, mais ce texte n’a jamais été appliqué.

M. BIZA a, à cet effet, préciser la non mise en application de ladite ordonnance constitue la préoccupation de sa structure.

Il s’est félicité de voir installer en 2023, les bureaux dans quelques provinces de la RDC, citant la ville de Kinshasa, le Haut-Katanga, le Sud-Kivu, le Maniema et le Tanganyika.

« En 2023, nous avons mené des actions pour faire rayonner notre secteur. Nous avons procédé au niveau national à l’installation de nos bureaux à travers quelques provinces », a-t-il dit, avant de soutenir que cette opération va se poursuivre en cette nouvelle année pour avoir une représentativité nationale de l’artisanat.

M. BIZA a rappelé quelques actions  réalisées au cours de l’année 2023, citant notamment une mini-assemblée sur la reformulation du statut; la participation de la structure aux activités économiques dont celle de la Foire transfrontalière de l’Afrique centrale (FOTRAC) organisée en juillet dernier au Cameroun ; la participation aux travaux d’élaboration des mesures d’application de lois relatives à la promotion de l’entrepreneuriat et de startups et à  la promotion de l’artisanat en RDC.

Ces deux textes, a-t-il dit, sont en souffrance à cause d’absence de mesures  d’application. Il a également fait savoir que le CNAC a été associé à la commission technique pour élaborer lesdites mesures, ajoutant à cela la participation de la structure aux travaux préparatoires des états généraux de l’entrepreneuriat.

« Aujourd’hui, nous pouvons estimer heureux en tant que organisation d’avoir contribué au nom des artisans à  toutes ces activités car le CNAC demeure un partenaire du ministère et des autres structures privées », a-t-il dit.

Par ailleurs, M. BIZA a plaidé pour que le secteur de l’artisanat soit élevé au rang d’un ministère comme cela se passe dans d’autres pays à travers le monde, à l’instar de l’Afrique de l’Ouest.

Perspectives 2024

C’est dans ce cadre que, M. Ignace Biza a projeté des actions à mener par sa structure et d’autres institutions de micro-finances pour rendre visible l’artisanat dans le pays.

Il a saisi l’opportunité pour annoncer la grande activité qui sera organisée cette année au sujet de la cartographie de l’artisanat devant permettre d’avoir un fichier national des artisans, avant de déplorer le manque de financement, notamment l’appui financier de la part du gouvernement. Pour lui, l’exécutif ne favorise pas l’éclosion de l’artisanat dans le pays.

« En tant que structure d’encadrement des artisans, nous sommes tenus d’obtenir auprès du gouvernement de moyens nécessaires pour l’accomplissement de non missions », a relevé le président de CNAC.

Et d’ajouter : « nous voulons que l’année 2024 soit plus soutenue en vue de promouvoir et de rendre visible toutes nos activités ». ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet