Editorial : Cet étrange délai proposé par Kagamé

Le fin mot des échanges entre la directrice américaine du renseignement avec les autorités congolaises et rwandaises a fait ressortir un étrange détail. A la demande de Washington, suite à l’insistance de Kinshasa, pour le retrait immédiat des troupes rwandaises et leurs supplétifs du M23 du territoire congolais afin de favoriser la désescalade, Kigali a énigmatiquement réagi en proposant le délai du 1er janvier 2024.

Les observateurs se sont posé la question de savoir à quelle nécessité répondait ce délai. Paul Kagamé a-t-il intérêt à ce que les phalanges rwandaises du M 23 soient décimées par les frappes chirurgicales de la chasse congolaise pour prévenir une contestation qui pourrait voir le jour au Rwanda au retour d’un corps expéditionnaire qui n’aura atteint aucun de ses objectifs vitaux, mais aura subi des défaites mémorables et des échecs historiques justifiant le report de ses frustrations sur celui qui l’avait envoyé en RDC ?

L’autre hypothèse est que Paul Kagamé serait tenté par un dernier coup audacieux pour changer le sort des événements ainsi que le rapport des forces…Il serait également tenté de suivre le déroulement du vote le 20 décembre dans l’espoir insensé d’en changer éventuellement le cours à la tête de ses troupes sur le sol congolais.

Ce raisonnement serait un tantinet sujet à caution pour la plupart de nos compatriotes. D’autant que le M23 lui-même se charge de brouiller son image au sein de l’opinion nationale en prenant fait et cause, dans la campagne électorale en cours, pour le candidat justement perçu comme celui de l’étranger.

Les questions sont encore plus nombreuses lorsqu’on constate, d’un côté, que l’agression n’a toujours pas montré à ce stade la volonté d’effectuer le moindre retrait de ses contingents. Par contre, alors que des rumeurs persistantes font état du transfert de certains équipements de la force régionale au M23 et que, de l’autre côté, le contingent ougandais menacerait de ne pas s’en aller à la date convenue, la pression, elle, a plutôt tendance à se multiplier sur Goma.

C’est donc tout, sauf innocent, de la part des ennemis de la RDC qui apportent chaque jour la preuve qu’ils ne cesseront jamais de nous vouloir du mal et que la Communauté Economique de l’Afrique de l’Est n’aura été pour la RD Congo qu’un vaste traquenard.

Face à tous ces signaux négatifs, les Rd Congolais n’ont plus, encore et toujours, que le choix de la méfiance et de la vigilance. Mais aussi du renforcement des capacités des Forces Armées de la RDC. La lutte continue !

Bienvenu-Marie Bakumanya.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet