Kinshasa : les étudiants appelés à lutter pour éliminer les VBG

Kinshasa, 26 mars 2024(ACP).- Les étudiants de la République démocratique du Congo ont été appelés mardi, à lutter pour l’élimination des violences basées sur le genre, lors des journées dénommées  »Women week » (semaine de la femme), organisées du 26 au 27 mars 2024 à Kinshasa.

« Aucun développement ne peut être envisagé dans ce siècle sans la femme et la jeune fille. Nous appelons les étudiants à lutter pour éliminer les violences basées sur le genre à leur égard »,  a déclaré Josiane Kalunda, secrétaire exécutive en charge des questions politiques et électorales du parti politique Alliance des partenaires pour le changement du Congo (APCCO).

« Ceci fait partie des droits humains fondamentaux et chacun de nous doit s’en approprier pour l’émergence d’une société égalitaire. Ces violences entrainent des conséquences dévastatrices, telles que les maladies psychologiques et mentales. D’où nous devons briser le silence et sensibiliser davantage pour que la femme soit éduquée et accède aux mêmes privilèges que l’homme », a-t-elle ajouté. 

Au terme de cette première journée, la coordination estudiantine de l’Unisic  a annoncé de créer une cellule technique qui va se charger de suivre tous les cas des violences basées sur le genre, dans le but de décourager ces pratiques dans les milieux universitaires. 

« Nous allons proposer aux autorités académiques la création d’une cellule de réception et suivi des cas de harcèlement sexuel et des violences basées sur le genre dans notre établissement et pourquoi pas aussi ailleurs dans d’autres institutions. Mais je sais déjà qu’elle ne sera pas soutenue par plusieurs, parce que ça va déranger ceux qui sont trompés dans des tels actes. Nous n’allons, cependant pas baisser les bras »,  a renchéri Detyna Salumu, présidente de la coordination estudiantine de l’Unisic.

Selon plusieurs rapports, les violences basées sur le genre sont très rependus en milieux professionnels et scolaires en RDC. Elles comprennent toutes les formes des violences ou d’abus basées sur les stéréotypes de genre, les violences sexuelles, physiques et les psychologiques.

 Il sied de rappeler que ces journées ont été  organisées par  »  la coordination estudiantine de l’Université des Sciences de l’information et de la communication ex – Ifasic. 

ACP/C.L.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet