RDC : les discriminations faites aux mères célibataires déplorées par une actrice sociale

Kinshasa, 28 juillet 2023 (ACP).- Les discriminations faites aux  mères célibataires dites filles-mères, ont été  déplorées vendredi à Kinshasa en République démocratique du Congo par une actrice sociale, lors d’un entretien avec l’ACP.

 » Célibataire, il s’agit d’une question « tabou ». Une question pleine des préjugés, des discriminations, de rejet familial, d’exclusion scolaire et ecclésiastique, et bien d’autres. Une femme célibataire dite « fille-mère » qui a eu la « malchance » d’avoir un enfant sous le toit familial est presque abandonnée à elle-même. Un comportement qui s’observe aussi bien dans la ville de Kinshasa, ainsi que dans certaines provinces situées dans l’Est de la République Démocratique du Congo« , a déclaré Mme Angelique Moke, actrice sociale.

Pour elle, défier cette culture sociétale est une mission accomplie. « Ça peut arriver à toute jeune fille de ce monde. Et quand c’est arrivé, l’important c’est de se frayer un chemin et se battre pour ses rêves », a ajouté Mme Moke.

Partageant son expérience, elle a déclaré : « Je suis devenue mère en pleine adolescence. Aujourd’hui, je loue le soutien reçu de mes parents qui m’ont envoyée dans l’une des universités de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu, afin de poursuivre mes études ».

« Actuellement, je suis en deuxième année de licence et je me marie avant la fin de cette année. Ça aurait été fait l’an passé mais j’ai convaincu mon fiancé de patienter jusqu’à avoir mon diplôme de fin d’études. Bientôt, je vais devenir ingénieure et j’en suis trop fière », a-t-elle ajouté.

Selon elle, enceintée de gré ou de force, est un grand défi, surtout dans les régions dominées par des conflits armés et des situations socioéconomique et sécuritaire déplorables. Il y a à peu près trois décennies, l’Est de la RD Congo est devenue une des zones où les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) se font entendre le plus au monde. ‘’Des différentes études ont démontré que le viol est un traumatisme pour la femme. Les spécialistes indiquent même que c’est le pire des événements susceptibles de conduire à une maladie traumatique. En RD Congo, par exemple, « la particularité de ce traumatisme tient à l’image créée autour du mariage, de la virginité, de la fidélité, du corps de la femme… en effet, une femme violée est une prostituée« , a soutenu Mme Moke.

« Qu’importe les circonstances, avoir un enfant est un don du ciel, une bénédiction, c’est injuste de chosifier la femme parce qu’elle a eu un enfant avant le mariage« , a-t-elle conclu .ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet