Sud-Kivu : une table ronde sur les droits  des personnes affectées par les conflits

Uvira,  1er février 2024 (ACP).- La  promotion  des droits et dignité des personnes affectées par les conflits a été au centre  d’une table ronde organisée jeudi, à Uvira au Sud-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), par le centre du développement intégral de l’enfant rural (CEDIER).  « Cette table ronde vise à contribuer au renforcement des mécanismes communautaires de protection et de cohésion sociale ainsi que la promotion du respect de droits et dignité des personnes affectées par les conflits dans la province du Sud-Kivu », a déclaré Armel Rusake, chargé de programme de CEDIER.

Il a, en outre, souligné que ces assises visent également à partager avec les autorités compétentes les différentes préoccupations de protection et sécurité qui affectent distinctement les enfants, les jeunes, les adultes et les vieillards afin que des actions de réponse aux menaces qui les affectent soient envisagées. M. Rusake Rutebeza a, par la suite, indiqué que ces assises ont constitué un cadre afin de propulser les autorités compétentes notamment les Forces armées de la RDC (FARDC), la police, les autorités coutumières et la société civile à se sentir plus redevables aux préoccupations de protection des personnes affectées ; à prendre des mesures de sécurité dans le groupement de Bijombo et Kigoma qui sont en proie à l’insécurité et la récurrence des crises armées.  

« Il a été question aussi de réfléchir sur les actions qui renforcent le sentiment d’acceptation et de coopération mutuelle entre les communautés et qui renforcent la cohésion et la cohabitation pacifique », a-t-il ajouté. « Pour les hauts plateaux, il a été une occasion de discuter sur la promotion du droit à la libre circulation adressant ainsi la problématique liée aux barrières payantes érigés sur le chemin de dessertes agricoles ; les questions liées aux violences basées sur le genre, relatives aux mariages précoces » , a poursuivi Armel Rusake, précisant que , ceci permettra d’aborder les aspects liés notamment  aux arrangements à l’amiable,  au faible engagement des autorités policières ainsi qu’aux violences. Notez que cette activité a été financée par l’Union européenne (ECHO) et exécutée par OXFAM à travers ses partenaires dont CEDIER à l’intention des autorités et de la population de la chefferie de Bavira et des hauts et moyens plateaux du territoire d’Uvira au Sud-Kivu.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet