Algérie : Tebboune appelle à l’amélioration des mécanismes de subvention et de protection sociale

Kinshasa, 11 décembre 2023 (ACP/APS).- Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, lundi, que les défis mondiaux auxquels se heurte la fonction sociale des Etats et la pression imposée par les exigences du développement économique « nous commandent d’œuvrer collectivement et inlassablement à trouver les meilleures formules et pratiques à même d’améliorer les mécanismes de subvention et de promouvoir les moyens de protection sociale, notamment le volet destiné aux catégories vulnérables et démunies ».

Dans une allocution adressée aux participants au séminaire international sur les « acquis sociaux à enjeux économiques », organisé au Centre international des conférences (CIC) Abdelatif Rahal, et prononcée par le Premier ministre, M. Nadir Larbaoui, le Président Tebboune a appelé à « œuvrer au renforcement de la coopération et à la création d’espaces d’échange d’expertises et d’expériences » en matière de politiques sociales, soutenant que « nul doute qu’avec une forte volonté et la conjugaison des efforts, on saura concilier développement économique (…) et bien-être social ».

La Commission nationale de recensement général de l’agriculture tient sa première réunion

En outre, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Youcef Cherfa, a coprésidé lundi à Alger, avec la Haut-commissaire à la numérisation avec rang de ministre, Meriem Benmouloud, la première réunion de la Commission nationale de supervision du recensement général de l’agriculture.

Cette réunion a été consacrée à l’examen de plusieurs points dont les plus importants sont le règlement intérieur de la Commission et le projet de questionnaire relatif au recensement, en se basant notamment sur l’expérience du recensement général de la population.

Lors de cette réunion, les méthodes de la mise en œuvre du recensement sur le terrain ont été débattues, dont les moyens techniques qui seront utilisés, à l’instar des tablettes numériques, outre la date  de lancement du recensement, de la durée de sa réalisation, des ressources humaines dédiées à cet effet, des modalités de son encadrement ainsi que de la formation des agents chargés du recensement et les encadreurs.

A cette occasion, M. Cherfa a souligné l’importance du recensement général de l’agriculture qui est à même de donner une vision globale et détaillée du secteur. Il permettra en outre de collecter des statistiques qui seront mises à la disposition de tous les décideurs et experts afin de « les exploiter pour le développement de l’agriculture et répondre aux aspirations des citoyens dans ce domaine ».

Dans ce sillage, il a rappelé que cette opération intervient après le recensement de la ressource animale mené récemment par le secteur, qui a donné lieu à des résultats non identiques aux chiffres relayés auparavant.

Le ministre a également indiqué qu’il y a une « commission technique, présidée par le secteur de l’agriculture, avec la contribution d’autres secteurs, chargée de mettre en place les mécanismes techniques qui seront utilisés dans le recensement général de l’agriculture ».

A noter que la commission nationale du recensement général de l’agriculture, est composée de 19 membres représentant les secteurs ministériels concernés et les instances nationales en rapport avec cette opération. Elle est présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural avec la ministre Haut-Commissaire à la Numérisation en tant que vice-présidente de la commission.

La commission nationale est l’organe central chargé de l’animation et de l’encadrement de l’ensemble des opérations d’élaboration et de mise en œuvre du recensement agricole.

Dans ce cadre, la commission étudie et approuve le contenu du dossier technique relatif à cette opération tout en veillant à la réalisation du dossier référentiel des exploitations et des exploitants agricoles  au lancement et au suivi de la campagne nationale d’information et de sensibilisation.

La commission est également chargée d’étudier et de définir les méthodes et les modalités de mobilisation des moyens, d’élaborer et de mettre en œuvre le recensement général de l’agriculture, de contrôler et de suivre l’avancement de l’opération, d’animer et de coordonner le travail avec les comités des wilayas et des communes et de valider le travail réalisé par le comité technique opérationnel.

Ce recensement général de l’agriculture constitue la troisième opération de ce type depuis l’indépendance, après les recensements de 1973 et 2001.

ACP/KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet