Biden estime que le fond de l’accusation » n’est « pas contesté » malgré l’acquittement de Trump par le Sénat

Kinshasa, 16 Février 2021 (ACP).-  Le président américain, Joe Biden, a estimé samedi soir que bien que la plupart des sénateurs républicains aient voté pour acquitter son prédécesseur, Donald Trump du chef d’incitation à l’insurrection conduisant à des violences mortelles au Capitole le 6 janvier, le « fond de l’accusation » dans ce procès en destitution n’a pas été contesté, selon des médias étrangers captés mardi à Kinshasa.

« Même si le vote final n’a pas abouti à une condamnation, le fond de l’accusation  n’est pas contesté« , a-t-il dit dans un communiqué.

« Même ceux qui sont opposés à la condamnation, comme le chef de la minorité au Sénat (Mitch) McConnell, pensent que Donald Trump s’est rendu coupable d’un ‘manquement honteux à ses devoirs’ et qu’il est, ‘dans les faits et moralement, responsable’ d’avoir provoqué les violences qui se sont déchaînées sur le Capitole », a souligné M. Biden, renouvelant son appel à l’unité pour « mettre fin à cette guerre civile et sauver l’âme même de la nation« .

Seuls sept sénateurs républicains se sont joints à leurs 50 collègues démocrates pour voter « coupable », ne permettant pas d’atteindre la majorité des deux tiers requise pour l’adoption de l’article de destitution pour « incitation à l’insurrection« .

Ce vote par 57 voix pour et 43 contre, dans un Sénat aujourd’hui divisé à parité constitue néanmoins la plus grande marge bipartisane en faveur d’une condamnation dans l’histoire des Etats-Unis, illustrant une division qui s’aggrave au sein des républicains dans l’ère post-Trump.

Dans un discours prononcé au Sénat peu après le vote, M. McConnell a déclaré que les manifestants avaient été « nourris de mensonges insensés par l’homme le plus puissant du monde – parce qu’il était en colère pour avoir perdu une élection« , ajoutant que les actes de M. Trump avant l’émeute ont constitué « un manquement honteux à ses devoirs« .

Cependant, l’élu républicain a insisté sur le fait que la destitution de M. Trump après son départ du pouvoir n’était pas le moyen approprié de le tenir pour responsable.

L’opinion se rappellera que Donald Trump avait été formellement accusé le 13 janvier par la Chambre des représentants dirigée par les démocrates à la suite de l’attaque par ses partisans du siège du Congrès, interrompant la certification de la victoire électorale de M. Biden. Cinq personnes sont mortes lors des violences, dont un policier du Capitole.

On signale également que M. Trump est le premier président de l’histoire des Etats-Unis à être mis en accusation à deux reprises. Son deuxième procès en destitution devant le Sénat n’aura duré que cinq jours, le plus court de l’histoire du pays. ACP/Fng/Cfm/Thd

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet