Gambie : les ONG locales protestent contre le retour de l’excision

Kinshasa, 18 mars 2024 (ACP).- Les ONG locales gambiennes ont protesté lundi devant le parlement dans les travaux sur une loi visant à abroger l’interdiction de l’excision datant de 2015, a-t-on appris de source locale citée par les médias internationaux.

«Nous sommes venus montrer notre désaccord face à cette interdiction, car ce projet de loi vise à restreindre les droits des femmes et à inverser les quelques progrès réalisés ces dernières années», a déclaré Fatou Jagne Senghore, présidente du Centre local pour les droits et le leadership des femmes.

«Il avait été prouvé médicalement que cette pratique était néfaste», a-t-elle poursuivi.

La procédure, également appelée mutilation génitale féminine, comprend l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes, souvent pratiquée par des praticiens traditionnels à l’aide d’outils tels que des lames de rasoir, ou parfois par des agents de santé. Souvent pratiquée sur des jeunes filles, elle est considérée à tort comme un moyen de contrôler la sexualité d’une femme et peut provoquer de graves hémorragies, voire la mort. Cette pratique reste très répandue dans certaines régions d’Afrique.

Jaha Dukureh, fondatrice de Safe Hands for Girls, un groupe local qui vise à mettre fin à cette pratique, a déclaré à l’Associated Press qu’elle craignait que d’autres lois protégeant les droits des femmes ne soient ensuite abrogées. Mme Dukureh a subi la procédure et a vu sa sœur se vider de son sang.

« S’ils parviennent à abroger cette loi, nous savons qu’ils pourraient s’en prendre à la loi sur le mariage des enfants et même à la loi sur la violence domestique. Il ne s’agit pas de religion, mais d’un cycle de contrôle des femmes et de leur corps », a-t-elle déclaré.

Le projet de loi est soutenu par les conservateurs religieux de cette nation largement musulmane de moins de 3 millions d’habitants. Le texte précise qu’il « vise à préserver la pureté religieuse et à sauvegarder les normes et les valeurs culturelles ». L’organe islamique suprême du pays a qualifié la pratique de « l’une des vertus de l’islam ».

L’ancien dirigeant de la Gambie, Yahya Jammeh, a interdit cette pratique en 2015, à la surprise des militants et sans explication publique. Les Nations unies estiment que plus de la moitié des femmes et des filles âgées de 15 à 49 ans en Gambie ont subi cette procédure.

Lundi, une foule d’hommes et de femmes s’est rassemblée devant le Parlement gambien, certains portant des pancartes pour protester contre le projet de loi. Des policiers en tenue anti-émeute les ont retenus.

L’UNICEF a déclaré au début du mois que quelque 30 millions de femmes dans le monde ont subi cette procédure au cours des huit dernières années, la plupart en Afrique, mais aussi en Asie et au Moyen-Orient.

Selon une étude de la Banque mondiale citée cette année par un rapport du Fonds des Nations unies pour la population publiée au début de l’année, plus de 80 pays disposent de lois interdisant la procédure ou permettant des poursuites judiciaires. Parmi ces pays figurent l’Afrique du Sud, l’Iran, l’Inde et l’Éthiopie.

« Aucun texte religieux ne promeut ni ne tolère les mutilations génitales féminines », indique le rapport de l’UNFPA, qui ajoute que la procédure ne présente aucun avantage.

Les filles sont soumises à cette procédure à des âges allant de la petite enfance à l’adolescence. À long terme, elle peut entraîner des infections des voies urinaires, des problèmes menstruels, des douleurs, une diminution de la satisfaction sexuelle et des complications à l’accouchement, ainsi que des dépressions, une faible estime de soi et un syndrome de stress post-traumatique. ACP/KHM/ODM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet