Gaza- Israël : l’Egypte soutient la “solution à deux Etats” pour une paix durable

Kinshasa,  25 octobre 2023 (ACP).- L’ Egypte  soutien  la solution  à  deux États, dans le conflit  qui oppose l’armée israélienne  et les Palestiniens, et qui ont  fait beaucoup  de morts, a-t-on  appris  mercredi  de source officielle égyptienne. « Nous ne pouvons plus nous contenter de parler de la solution à deux États et de défendre du bout des lèvres l’idée selon laquelle la communauté internationale et le Conseil de sécurité disposent des ressources et des moyens nécessaires pour mettre en œuvre ce qui est désormais reconnu comme un consensus au sein de la communauté internationale pour mettre fin à ce conflit sur la base d’une solution à deux États, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité« , a expliqué Sameh Shoukry, ministre égyptien des affaires étrangères. Depuis le début de l’offensive israélienne le 7 octobre, près de 6 000 Palestiniens sont morts, dont plus de 2300 enfants, et dans les hôpitaux saturés, les blessés continuent d’affluer. Parmi eux, de nombreux enfants. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé à un cessez-le-feu. Mais les Etats-Unis suggèrent plutôt des pauses.  » Notre objectif est de garantir la protection des civils, et pour cela, il faut faire des pauses dans les opérations militaires, c’est un outil et une tactique qui permettrait d’atteindre cet objectif de manière temporaire. Ce n’est pas la même chose qu’un cessez-le-feu. Encore une fois, en ce moment, nous pensons qu’un cessez-le-feu profiterait au Hamas« , a expliqué John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Alors que l’aide arrive au compte-goutte à Gaza, l’ONU a averti que sans ressources et surtout sans carburant, elle ne pourrait plus continuer ses activités.  Plusieurs hôpitaux ont déjà fermé faute de carburant pour leurs générateurs.

Gaza a connu «16 années d’anti-développement»,  selon  l’ONU

La bande de Gaza a connu « 16 années d’anti-développement », a estimé mercredi la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, jugeant que les conséquences économiques de la guerre entre Israël et le Hamas étaient « impossibles à définir ». « Gaza a connu 16 années d’anti-développement et de destruction du potentiel humain, et a perdu le droit au développement », a affirmé l’organe dépendant de l’ONU dans son rapport annuel sur l’économie palestinienne. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet