La France demande la libération des otages retenus à Gaza

 

Kinshasa, 24 octobre (ACP).- Le président français Emmanuel Macron a déclaré, au cours de sa visite en Israël ce mardi, que « la priorité devait être donnée à la libération des otages retenus par le Hamas », selon l’agence Chine Nouvelle.

« La France était solidaire d’Israël « aujourd’hui, demain et le jour d’après, soutenant la paix et la stabilité », et qu’Israël et la France étaient « liés par le même deuil », a déclaré le président français dans une déclaration aux côtés Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

M. Macron a promis son soutien à Israël, avant d’a appelé « la communauté internationale à empêcher toute escalade dans la région » et a exhorté l’Iran et le Hezbollah, un groupe armé et parti politique libanais, à s’abstenir de toute action qui pourrait mettre de l’huile sur le feu.

Pour sa part, M. Netanyahou a fait savoir que « tout le monde sera en danger si le Hamas n’est pas détruit » et qu’Israël « doit obtenir une victoire décisive contre le Hamas ». Il a également menacé le Hezbollah de « terribles conséquences » si le groupe se joignait à cette escalade.

M. Macron est arrivé mardi en Israël et devrait rencontrer plus tard dans la journée son homologue palestinien.

La crise humanitaire à Gaza doit être évitée « autant que possible », selon le chef de la diplomatie de l’UE

Une crise humanitaire à Gaza doit être évitée « autant que possible », a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité.

M. Borrell s’exprimait au cours d’une discussion sur le conflit Israël-Hamas au Conseil des affaires étrangères de l’UE, au Luxembourg.

« Nous devons autant que possible éviter une crise humanitaire à Gaza. Pour y parvenir, il est absolument impératif d’envoyer une aide humanitaire et de permettre aux personnes qui en ont besoin d’y avoir accès », a déclaré M. Borrell.

« Il y a eu quelques premiers convois, mais pas beaucoup », a-t-il indiqué. Avant le conflit, « il y avait environ 100 camions par jour qui traversaient Gaza, maintenant c’est environ 20 par jour, mais les besoins sont encore plus grands qu’avant », a-t-il ajouté.

« Ces premiers convois sont un signal positif, mais nous devons augmenter leur nombre et la rapidité avec laquelle ils entrent. Nous devons fournir des médicaments et de la nourriture, et les ministres ont convenu que nous devions également fournir le carburant nécessaire au fonctionnement des usines de dessalement », a-t-il précisé.

L’UE et ses Etats membres poursuivront leurs efforts de sensibilisation intensifs auprès des partenaires régionaux et des acteurs internationaux pour éviter une escalade régionale plus large, a déclaré le Conseil de l’UE dans un communiqué, ajoutant qu’il maintenait son « objectif ultime de parvenir à une solution à deux Etats« . ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet