L’Algérie adhère aux efforts internationaux de lutte contre toute forme de criminalité

Kinshasa, 6 février 2024(ACP/APS).- Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi a affirmé  que l’Algérie adhère « pleinement » aux efforts de lutte internationaux contre toutes les formes de criminalité grave, notamment le crime organisé et le terrorisme à travers le projet de loi modifiant et complétant l’Ordonnance n 66-156 portant Code pénal, a-t-on appris mardi de l’agence presse service.

Répondant aux interrogations des députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une séance plénière présidée par le président de l’assemblée, M. Brahim Boughali, le ministre a déclaré que « l’Algérie adhère pleinement, à travers ce projet, aux efforts de la communauté internationale pour lutter contre toutes les formes de criminalité grave, notamment le crime organisé, le terrorisme, la corruption, le sabotage économique et l’espionnage pour des parties étrangères ».

Le ministre a précisé que de nombreuses dispositions prévues dans le projet de loi « ont été introduites suite aux orientations du président de la République, notamment concernant la question de la protection du gestionnaire afin de relancer l’économie et  booster le développement, la protection des personnels de sécurité dans la lutte contre la criminalité et la divulgation de documents relatifs à la sécurité, à la défense et à l’économie nationale ».

M. Tabi a indiqué, à cette occasion, que la non introduction de l’article 119 bis modifié du code pénal, relatif à la prévention et à la lutte contre la corruption est due au fait que ce dernier «  trouve son fondement juridique dans la convention des Nations unies contre la corruption, qui définit les faits constituant les crimes de corruption et ne comportant pas des actes similaires à celles prévues dans l’article 119 bis ».

Le crime stipulé dans l’article 119 bis, ajoute le ministre, est une « infraction intentionnelle à laquelle ont été introduits des éléments objectifs liés au non-respect des lois et/ou des règlements, et/ou des règles applicables pour constituer une faute pénale ». Selon lui, la différence est ainsi, claire entre celle-ci et « l’erreur de gestion » sachant que « les instances sociales émettent un avis sur la nature des actes commis, s’ils relèvent de la gestion ».

L’article 119 bis modifié stipule que « tout agent public, conformément à la loi sur la prévention et la lutte contre la corruption, qui aura intentionnellement provoqué, en raison de l’inobservance des lois et/ou des règlements et/ou des normes de sécurité applicables, le vol, le détournement, la dilapidation de deniers publics ou privés ou autres effets (documents, titres, actes) qui étaient entre ses mains du fait de sa charge, sera puni d’une peine de prison allant de trois (3) à cinq (5) ans et d’une amende de 300.000 DA à 500.000 DA ».

Pour ce qui est de la légitime défense des agents de la force publique prévue dans l’article 149 bis 24 et des garanties de l’application correcte de cet article, le ministre a cité « la hausse étonnante et inédite des cas d’outrage à l’égard des agents de la force publique lors de l’accomplissement de leurs missions », faisant état « de 998 affaires en 2022 et 1.475 durant le premier semestre de 2023, au niveau des juridictions ».

Ce type de crimes, a-t-il poursuit, a incité le président de la République à « donner des instructions pour assurer, impérativement, protection aux agents de la force publique lors de l’exercice de leurs missions, à travers des mécanismes et des moyens, dont la protection juridique, en vue de leur permettre de s’acquitter de leurs missions ».

La pratique juridictionnelle en la matière condamne, dans la plupart des cas, les agents de la force publique qui recourent à la force pour riposter aux agressions commises à leur encontre ou sur autrui, ces dernières nécessitant l’application des dispositions de la légitime défense à l’exception de certains cas.

Dans ce cadre, le ministre de la Justice a fait savoir que cet article prévoyait des règles pour l’application des dispositions de légitime défense par les agents de la force publique, en conférant, notamment au pouvoir judiciaire, à titre exclusif, le pouvoir d’établir les cas de légitime défense à travers les enquêtes diligentées par ce dernier, qui, dispose, pour ce faire, d’attributions élargies lui permettant de découvrir la vérité, outre « l’instruction qui demeure totalement indépendant de l’enquête préliminaire menée par les officiers de police judiciaire ».

M. Tabi a, par là même, fait savoir que le Gouvernement s’attelait à « la mise en place d’un cadre juridique et règlementaire pour les caméras portatives » qui, selon le ministre, « ont fait leurs preuves dans les Etats l’ayant adopté » en ce sens qu’elles permettent de « prouver les dépassements dont l’auteur serait aussi bien les agents de la force publique que les criminels, et ce, de manière transparente ».

Concernant la mendicité des enfants dans le cadre d’un groupe criminel organisé, la nouveauté dans ce projet consiste en l’introduction de la mendicité avec mineur ou de son exposition à la mendicité dans le cadre d’une bande criminelle organisée, a indiqué le ministre, ajoutant que ce projet de loi prévoyait une peine de prison allant de 5 à 10 ans.

En ce qui concerne la liste des équipements sensibles, M. Tabi a souligné que la législation, qui prévoit des procédures et des formalités complexes, ne saurait s’aligner avec le développement accéléré des technologies, exigeant ainsi d’avoir recours à une règlementation à même d’être au diapason de ce développement. ACP/ KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet