Le ministériel de la Coopération islamique appelle à l’arrêt immédiat de l’agression israélienne contre le peuple palestinien et rejette les appels au déplacement des habitants de Gaza

Djeddah (UNA), 19 octobre 2013 (ACP).- La réunion extraordinaire du Comité exécutif à composition non limitée au niveau des ministres des Affaires étrangères des États membres de l’Organisation de la coopération islamique a appelé à la cessation immédiate de l’agression barbare des forces d’occupation israéliennes contre le peuple palestinien en la bande de Gaza, et la levée immédiate du siège imposé à la bande de Gaza, en soulignant le rejet des appels au déplacement de la population de la bande de Gaza, et en soulignant une fois de plus le soutien à la fermeté du peuple palestinien sur sa terre.

C’est ce qui ressort du communiqué final publié lors de la réunion tenue aujourd’hui, mercredi 18 octobre 2023, au siège de l’Organisation de la coopération islamique à Djeddah, pour discuter de l’agression israélienne continue contre le peuple palestinien, en particulier la bande de Gaza.

La réunion du Comité exécutif a affirmé sa ferme condamnation de l’agression sans précédent contre les civils dans la bande de Gaza assiégée et dans tout le territoire palestinien occupé, y compris les meurtres, les bombardements et la destruction délibérée des infrastructures, ainsi que sa menace de commettre des atrocités et un génocide à leur encontre, et sa rejet absolu de prendre pour cible des civils sous quelque prétexte que ce soit.

La réunion a appelé tous les pays et la communauté internationale à fournir rapidement une aide humanitaire, médicale et de secours d’urgence, à fournir de l’eau et de l’électricité, et à ouvrir immédiatement des couloirs humanitaires sûrs pour acheminer une aide d’urgence à la bande de Gaza, notamment par l’intermédiaire des organisations des Nations Unies, en particulier l’ONU. Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

Il a mis en garde contre le danger de poursuivre la politique de ciblage délibéré des civils et de punitions collectives, accompagnée de politiques de famine et de privation d’eau, et de l’arrêt du fonctionnement de la seule centrale électrique de la bande de Gaza en raison de l’empêchement de l’accès au carburant. Cela laisse également présager un véritable désastre pour tous les services de santé et humanitaires, en violation du droit international humanitaire et équivalant à commettre des crimes internationaux, y compris des crimes contre l’humanité.

La réunion du Comité exécutif a fermement condamné le ciblage flagrant par les forces d’occupation israéliennes brutales de l’hôpital baptiste Al-Ahli dans la bande de Gaza, qui a entraîné la mort et la blessure de centaines de civils innocents malades, blessés et déplacés, ce qui représente un crime de guerre et génocide et une violation flagrante du droit international humanitaire.

La réunion a tenu Israël, puissance occupante, pleinement responsable du sort des civils de la bande de Gaza et de la véritable tragédie à laquelle ils sont soumis sous les bombardements, le siège et la famine, sans électricité, sans nourriture ni eau potable, tout en étant contraint d’abandonner leurs maisons, et pour la politique de punition collective aveugle qu’elle suit en violation flagrante du droit international et humanitaire international, en violation de ses responsabilités juridiques conformément aux Conventions de Genève en tant que puissance occupante.

La réunion ministérielle a souligné son rejet catégorique des appels au déplacement des habitants de la bande de Gaza, soulignant son soutien à la fermeté du peuple palestinien sur sa terre.

La réunion a appelé les États membres à adopter toutes les mesures diplomatiques, juridiques et dissuasives possibles et efficaces pour mettre fin aux crimes contre l’humanité commis par Israël, la puissance occupante.

Il a également appelé à la tenue d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères au siège du Secrétariat général de l’organisation pour discuter des crimes en cours commis par Israël contre le peuple palestinien.

Il a souligné l’importance pour la communauté internationale de jouer son rôle pour empêcher toute tentative de déplacement des réfugiés, étendre la crise aux pays voisins et aggraver le problème des réfugiés, dont le droit au retour et à l’indemnisation doit être respecté dans le cadre d’une solution globale au problème. Le conflit qui aborde les questions de la solution finale, conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies et à l’Initiative de paix arabe. La nécessité d’arrêter l’escalade militaire, de lever le siège sur la bande de Gaza et de contribuer d’urgence à l’entrée des secours et aide humanitaire aux civils.

La réunion ministérielle a exprimé sa profonde condamnation et ses regrets face à l’échec du Conseil de sécurité des Nations Unies et son incapacité à assumer ses responsabilités en prenant une décision décisive afin de mettre fin aux crimes de guerre commis par les forces d’occupation israéliennes contre le peuple palestinien en la bande de Gaza et tous les territoires palestiniens.

Il a souligné son soutien au gouvernement de l’État de Palestine à tous les niveaux, y compris politique, économique et financier, et son soutien à son mouvement international et juridique visant à mettre fin aux crimes odieux, notamment aux autorités d’occupation israéliennes qui commettent le crime de génocide contre les Palestiniens.

Il a dénoncé les positions internationales qui soutiennent l’agression brutale contre le peuple palestinien et accordent à Israël l’immunité et l’impunité, profitant des deux poids, deux mesures qui couvrent l’occupant et alimentent le conflit, ce qui ne fera qu’entraîner une augmentation de la violence et de la destruction. , et cherchent à punir le peuple palestinien, notamment en lui coupant l’aide humanitaire.

La réunion a souligné que la paix, la sécurité et la stabilité dans la région seront atteintes en mettant fin à l’occupation coloniale israélienne et à ses pratiques oppressives contre le peuple palestinien et en donnant au peuple palestinien les moyens de ses droits inaliénables, en particulier son droit à l’autodétermination, à l’indépendance et à la liberté de retour, sur la base du droit international et des résolutions de légitimité internationale. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet