L’ordre constitutionnel au Mali: l’Union africaine appelle à l’élaboration d’une feuille de route

Kinshasa 14 avril 2024 (ACP).- L’Union africaine a appelé samedi, le Mali à établir une «feuille de route» pour un retour à l’ordre constitutionnel,  dans un pays, où la perspective d’élections en vue d’un retour à un pouvoir civil a été repoussée sine die, a appris dimanche l’ACP de cette organisation.

«Je souligne avec force le droit à la participation citoyenne, religieuse et politique, comme droit fondamental et j’appelle les autorités de transition à reconsidérer ladite décision et à travailler à une feuille de route visant à achever le processus de transition en cours», a déclaré Moussa Faki Mahamat président de la Commission de l’Union africaine.

Le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, nommé par les colonels qui ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, a annoncé jeudi soir que des élections ne seront organisées qu’une fois que le pays, confronté à une grave crise sécuritaire, serait définitivement stabilisé.

Cette annonce répondait aux critiques qui se sont élevées depuis que les militaires ont manqué à leurs engagements d’organiser la présidentielle en février, puis de céder leur place d’ici au 26 mars. La veille, les autorités avaient annoncé la suspension des partis et des associations à caractère politique.

Le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat a noté avec une grande préoccupation la publication le 10 avril 2024 par les autorités de transition malienne le décret numéro 0230 portant suspension de toutes les activités des partis politiques et des associations citoyennes au Mali.

«J’exprime ma vive inquiétude quant à cette suspension qui est de nature à entraver la mise en œuvre d’un processus de transition inclusive dans le pays », a-t-il ajouté.   

Moussa Faki Mahamat a assuré également «la volonté de l’Organisation de travailler avec les autorités de transition et toutes les parties prenantes maliennes au rétablissement de l’ordre constitutionnel, dans les délais prescrits, en vue de promouvoir une paix, une stabilité et un développement durables au Mali».

Le Mali est en proie depuis 2012 à la propagation djihadiste et à une grave crise sécuritaire, politique et humanitaire.

Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 ont opéré une réorientation stratégique, rompu la vieille alliance avec l’ancienne puissance dominante française et se sont tournés militairement et politiquement vers la Russie.

La plateforme d’opposition « Appel du 20 février » interpelle l’Union africaine sur la fin de la transition

Dans une lettre adressée samedi 13 avril au président de la commission de l’Union africaine (UA) et rendue publique ce

dimanche 14 avril, le coordinateur de cette coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile, Cheick Mohamed Cherif Kone, en exil hors du Mali, rappelle que la date officiellement fixée pour la fin de la période de transition était celle du 26 mars dernier.

Il estime que le « vide juridique et institutionnel » que traverse le pays « n’est pas suffisamment appréhendé par l’Union africaine », dont le Mali est pourtant membre.

ACP/ KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet