Nouveaux tirs de PiongYang  près de la frontière maritime  sud- coréenne

Kinshasa, 7 janvier 2024 (ACP).- La Corée du Nord  a effectué dimanche de nouveaux tirs près de la frontière maritime avec la Corée du Sud, a-t-on appris dimanche de l’Agence de presse sud-coréenne Yonhap.

« La Corée du Nord  a procédé dimanche pour le troisième jour d’affilée à des exercices d’artillerie à munitions réelles sur sa côte ouest, près de la frontière maritime avec la Corée du Sud », selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Les autorités locales de Yeongpyeong, une île sud-coréenne isolée en mer Jaune près de la côte nord-coréenne, ont dit avoir envoyé des messages sur les téléphones mobiles des habitants pour les prier de rester chez eux. « Des coups de canons nord-coréens sont actuellement entendus« , ont  dit ces messages, qui ont déconseillé aux résidents les « activités à l’extérieur »  en  évoquant la possibilité d’une riposte des forces sud-coréennes.

Selon Yonhap, aucun projectile n’est tombé du côté sud-coréen de la ligne de démarcation maritime.

Vendredi, les habitants de Yeonpyeong et de Baengnyeong, une autre île sud-coréenne située tout près de la Corée du Nord, avaient reçu l’ordre d’évacuer vers les abris en raison de tirs d’artillerie nord-coréens dans les eaux environnantes. Plus de 200 obus avaient été tirés, selon Séoul, dont l’armée avait riposté au moyen d’un exercice de tirs à munitions réelles quelques heures plus tard à Yeonpyeong.

Samedi, l’armée sud-coréenne a annoncé que la Corée du Nord avait tiré 60 obus dans les eaux près de Yongpyeong, près de la ligne de démarcation maritime.

Notre armée n’a pas tiré un seul obus dans l’eau

Il s’agit de la plus forte escalade sur la péninsule depuis que l’armée nord-coréenne avait bombardé Yeonpyeong en 2010, en réponse à un exercice sud-coréen à munitions réelles près de la frontière. Cette première attaque nord-coréenne contre des civils depuis la guerre de Corée (1950-1953) avait fait quatre morts, deux militaires et deux civils. Le duel d’artillerie avait duré environ une heure, chaque camp tirant quelque 200 obus.

La nouvelle escalade survient après une salve de déclarations belliqueuses du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, qui a notamment menacé ces derniers jours d' »anéantir » la Corée du Sud et les États-Unis.

L’armée sud-coréenne a déclaré samedi que les tirs d’artillerie nord-coréens « répétés » dans cette zone « constituent une menace pour la paix dans la péninsule coréenne« . Elle a émis un « sévère avertissement » et demandé à la Corée du Nord de cesser immédiatement ses tirs, assurant qu' »en réponse, notre armée prendra les mesures appropriées pour sauvegarder le pays ».

La Corée du Nord a toutefois apporté une autre version pour les tirs de samedi. Selon Kim Yo-jong, la puissante sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, il s’agissait en fait de charges explosives simulant le son d’un canon, que les forces nord-coréennes ont fait sauter pour tester la réaction sud-coréenne.

« Notre armée n’a pas tiré un seul obus dans l’eau« , a affirmé Kim Yo-jong dans un communiqué diffusé dimanche par l’agence officielle nord-coréenne KCNA. « Les militaires voyous de la République de Corée ont mordu au leurre que nous avons lancé », a-t-elle ajouté. Avant d’ironiser : « À l’avenir, ils prendront même le grondement du tonnerre dans le ciel du nord pour un tir d’artillerie de notre armée« . ACP/C.L.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet