Plaidoyer pour la création d’une armée africaine

Kinshasa, 18 Février 2021 (ACP).- Les Etats africains doivent s’unir et mettre sur pied une armée africaine, avec des troupes d’élite, des forces spéciales bien équipées et entrainées, pour faire face au terrorisme, a déclaré lundi dans la capitale tchadienne l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, ont annoncé jeudi des médias internationaux qui citent  l’Institut panafricain de stratégies, paix, sécurité et gouvernance.

« Nkrumah (ancien président ghanéen, Ndlr) voulait, dès 1963, une armée africaine. Nous avons attendu 58 ans plus tard sans mettre en oeuvre sa directive. Nous devons enfin répondre à son interpellation« , a martelé M. Gadio qui s’exprimait à l’ouverture du 7e sommet du G5 Sahel à N’Djamena.

Cheikh Tidiane Gadio qui est aujourd’hui directeur de l’Institut panafricain de Stratégies, paix et gouvernance a souligné devant les Chef d’Etats du Sahel que « cette armée africaine doit entrer en urgence au Mali pour appuyer les forces maliennes et ratisser tout le Sahel pour nous rendre enfin notre souveraineté et notre dignité. Que l’Afrique protège l’Afrique! Que l’Afrique sauve l’Afrique! »  Il a en outre ajouté que les terroristes du monde entier sont en train de converger vers l’Afrique pour prendre « leur part d’Afrique ». Pour eux, l’Afrique bénite et dotée d’immenses ressources naturelles, est un continent « à prendre » : forêts, eaux, terres arables, vastes espaces, or, diamant, cobalt, pétrole, gaz, etc.

Les terroristes ont déménagé leurs opérations entre autres en Libye au Sahel, au Nord du Nigeria, au Golfe de Guinée, à l’Afrique de l’Est, en Somalie, au Kenya, et « Nous Africains, allons-nous accepter d’être le nouvel épicentre du terrorisme mondial ? Allons-nous jouer la carte de l’impuissance et de l’indifférence? », a lancé M. Gadio avant d’appeler les Africains à « l’union sacrée » et à « la solidarité agissante » pour faire face au terrorisme.

Le 7e sommet du G5 Sahel se tient jusqu’à mardi dans la capitale tchadienne. Le président tchadien, Idrisse Déby, ainsi que ses homologues mauritanien, burkinabé, malien et nigérien, vont insuffler une nouvelle dynamique à l’organisation créée, il y a sept ans, pour lutter contre le terrorisme dans le Sahel.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, qui dirige l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), y prend également part, ainsi que le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Fakhi. ACP/Fng/Awa

 

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet