Royaume-Uni : des bijoux patrimoniaux restitués au Ghana

Kinshasa, 25 janvier 2024 (ACP).- Deux musées britanniques ont restitué au Ghana des bijoux patrimoniaux en or et en argent dans le cadre d’un accord de prêt à long terme, a appris l’ACP de source officielle ghanéenne.

« Le British Museum et le Victoria & Albert Museum de Londres ont restitué au Ghana des objets en or et en argent dans le cadre d’un accord de prêt à long terme, 150 ans après qu’ils aient été pillés au peuple Asante pendant les batailles coloniales de la Grande-Bretagne en Afrique de l’Ouest », a déclaré Nana Oforiatta Ayim, conseiller spécial du ministre ghanéen de la Culture.

Le British Museum et le Victoria & Albert Museum de Londres, ainsi que le Manhyia Palace Museum du Ghana, ont annoncé que cette « importante collaboration culturelle », contourne les lois britanniques interdisant le retour des trésors culturels dans leur pays d’origine. Ces lois ont été utilisées pour empêcher le British Museum de restituer à la Grèce les marbres du Parthénon, également connus sous le nom de marbres d’Elgin.

Au total, 17 objets sont concernés par l’accord de prêt, dont 13 pièces d’apparat royal Asante achetées par le V&A lors d’une vente aux enchères en 1874. Ces objets ont été acquis par les musées après avoir été pillés par les troupes britanniques pendant les guerres anglo-assyantes de 1873-74 et 1895-96.

« Ces objets revêtent une importance culturelle, historique et spirituelle pour le peuple Asante », ont déclaré les musées dans un communiqué.

« Ils sont également indissociables de l’histoire coloniale britannique en Afrique de l’Ouest, nombre d’entre eux ayant été pillés à Kumasi au cours des guerres anglo-asantes du XIXe siècle ».

Les objets couverts par l’accord de prêt ne représentent qu’une fraction des artefacts Asante détenus par les musées britanniques et les collectionneurs privés du monde entier. Le British Museum, à lui seul, déclare posséder 239 pièces d’apparat Asante dans sa collection.

Nana Oforiatta Ayim a déclaré que l’accord était un « point de départ », compte tenu des lois britanniques qui interdisent la restitution d’objets culturels. « Toutefois, les insignes devraient être restitués à leurs propriétaires légitimes », a-t-elle déclaré.

« Je ferais une analogie : si quelqu’un entrait dans votre maison, la saccageait, volait des objets et les gardait chez lui, puis, quelques années plus tard, vous disait : « Vous savez quoi, je vais vous rendre vos objets », que penseriez-vous de cela ? », s’est-elle interrogée. ACP/ODM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet