Somalie : l’UA s’engage à achever le retrait de ses troupes en 2024  

Mogadiscio, 2 février 2024 (ACP).- La délégation de l’Union africaine (UA) a achevé vendredi une visite de travail de cinq jours en Somalie, réaffirmant son engagement au retrait de ses troupes dans le pays d’ici la fin 2024, a-t-on appris de l’agence presse chinoise.

« Nous restons déterminés à garantir, en premier lieu, que nous respectons les délais du retrait. Bien sûr, nous avons eu deux prolongations au cours des deux derniers retraits », a déclaré Alhaji Sarjoh Bah, le chef de la délégation dans un communiqué publié à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. « Ainsi, sauf cas de force majeure, nous restons déterminés et déterminés à garantir que d’ici le 31 décembre 2024, nous aurons achevé le retrait. », a-t-il ajouté.

La délégation dirigée par Alhaji Sarjoh Bah, directeur de la gestion des conflits au sein du Département des affaires politiques, de la paix et de la sécurité de la Commission de l’UA, a déclaré que l’UA veillerait à ce qu’il n’y ait pas de vide sécuritaire en Somalie alors que commencent les préparatifs pour la phase trois du retrait de 4 000 soldats supplémentaires.

L’objectif des engagements de l’équipe de l’UA était de définir les modalités d’une transition harmonieuse des responsabilités en matière de sécurité de la Mission de l’UA en Somalie (ATMIS) aux forces de sécurité somaliennes et aux arrangements de sécurité post-ATMIS.

Au cours des réunions, la délégation a réfléchi aux leçons tirées des retraits des phases un et deux, de la phase trois à venir en juin, qui nécessite un retrait supplémentaire de 4 000 soldats, et de la phase ultérieure après la fin d’ATMIS le 31 décembre. Bah a déclaré que l’UA fera preuve de flexibilité et prendra en compte tous les défis qui pourraient survenir pour assurer une transition harmonieuse et garantir l’absence de failles de sécurité.

« Nous voulons garantir que la configuration, quelle qu’elle soit, quelle que soit sa posture, quel que soit son mandat, soit éclairée par une évaluation de sécurité très complète qui se concentre sur les menaces et d’autres variables », a déclaré Bah. La délégation de l’UA a également dialogué avec des responsables de l’ONU, des partenaires internationaux, des ambassadeurs des pays contributeurs de troupes ATMIS et des représentants de la société civile.

La délégation soumettra un rapport au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et au Conseil de sécurité de l’ONU. Le document présentera les paramètres d’une configuration de sécurité post-ATMIS en janvier 2025. ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet