Soudan : des civils tués dans des bombardements sur un hôpital

Kinshasa, 09 octobre 2023 (ACP).- Au moins trois civils ont été tués lundi au Soudan lorsque des obus se sont abattus sur un hôpital, a-t-on  appris mercredi de   source médicale de ce pays.

« Des obus sont tombés sur l’hôpital Al-Nau », à Omdourman, la banlieue nord de la capitale soudanaise Khartoum, a déclaré cette source.

Omdourman est le théâtre de violents combats entre l’armée régulière dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) de son ancien adjoint, Mohamed Hamdane Daglo, en guerre depuis le 15 avril.

Les groupes de défense des droits humains ont accusé les deux parties de cibler les établissements de santé. En août, Médecins sans frontières (MSF) a averti que l’hôpital Al-Nau « est l’un des derniers établissements de santé ouverts à Omdourman ».

« C’est également le seul établissement doté d’une salle d’urgence de traumatologie ou d’une capacité chirurgicale dans le nord d’Omdourman, où tous les blessés de la ville sont amenés », a déclaré MSF.

Selon les Nations unies, plus de 70% des hôpitaux du pays sont hors service. Ils ont été bombardés ou occupés par des combattants et les stocks des établissements encore en fonctionnement sont épuisés ou ont été pillés.

Même si la plupart des combats étaient cantonnés à la capitale et à la région occidentale du Darfour, ils se sont étendus aux zones au sud de Khartoum, selon des témoins.

Dans la ville de Jabal Awliya, à 50 km au sud de la capitale, les médecins « ont dû interrompre tout travail à l’hôpital depuis hier soir en raison de bombardements d’artillerie lourde », a déclaré un médecin à l’AFP. « Des dizaines de blessés » sont restés à l’hôpital, en attente de soins urgents, a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, plus de 9 000 personnes ont été tuées dans le conflit soudanais, selon une estimation de l’ONG Armed Conflict Location & Event Data Project (Acled), considérée comme très largement sous-estimée.

Les bombardements de lundi surviennent au lendemain de la reprise des combats à El Obeid, la capitale de l’État du Nord-Kordofan, à 350 km au sud de Khartoum.

Un enfant a été tué et au moins 16 autres blessés dans les combats tandis que des maisons ont été détruites, a déclaré un comité d’avocats pro-démocratie qui a documenté les massacres. L’ONU recense près de 5,5 millions de déplacés et réfugiés par les combats au Soudan.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet