Suède: la profanation du Coran devant l’ambassade d’Irak provoque une crise diplomatique

Kinshasa, 21 juillet 2023 (ACP).- La profanation du Coran jeudi 20 juillet devant l’ambassade d’Irak à Stockholm en Suède a provoqué une crise diplomatique en Irak mais aussi dans d’autres pays, de l’Iran à la Turquie.

Les sources relèvent qu’après l’Irak, d’autres pays se sont insurgés contre les nouveaux actes de profanation du Coran commis dans la capitale suédoise.

Salwan Momika, un Irakien réfugié en Suède a piétiné jeudi à plusieurs reprises et mis en pièce un exemplaire du livre. La veille, il avait annoncé vouloir y mettre le feu, ce qui avait entraîné en Irak une manifestation de protestation organisée par des partisans du turbulent leader religieux Moqtada al-Sadr, au cours de laquelle l’ambassade de Suède à Bagdad avait été incendiée.

L’homme n’en est pas à son coup d’essai, en fin juin, il avait déjà brûlé quelques pages d’un exemplaire du Coran devant la plus grande mosquée de Stockholm lors d’un rassemblement autorisé par la police

Le gouvernement suédois n’a pas réagi pour le moment, soulignent les sources.

Des appels à manifester en Iran et au Liban

Après ce nouvel incident, Bagdad a annoncé l’expulsion de l’ambassadrice suédoise. De leur côté, Riyad et Téhéran ont convoqué les représentants des missions diplomatiques suédoises dans leur pays pour dénoncer l’autorisation accordée par Stockholm pour des actes de profanation du Coran.

«Une note de protestation réclamant notamment aux autorités suédoises de prendre toutes les mesures immédiates et nécessaires pour mettre fin à ces actes honteux sera remise au chargé d’Affaires suédois», a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué jeudi soir.

Le ministre des Affaires étrangères iranien, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré avoir envoyé une lettre au secrétaire général de l’ONU, condamnant la profanation du Coran et lui demandant de «condamner immédiatement cet acte et de prendre des mesures nécessaires dès que possible, afin d’empêcher sa répétition». Les autorités iraniennes ont appelé à des manifestations à travers le pays après les prières de vendredi pour dénoncer la «profanation du Saint Coran».

 À Beyrouth, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a réclamé jeudi soir l’expulsion de l’ambassadrice suédoise au Liban. «Nous protègerons le Coran avec notre cœur et notre sang»: c’est sous ce slogan que le Hezbollah a lancé ce vendredi une vaste campagne de mobilisation pour dénoncer la nouvelle profanation du livre sacré de l’Islam.

Répondant à l’appel d’Hassan Nasrallah, des centaines de personnes se sont rassemblées devant les lieux de culte à Beyrouth et dans d’autres régions du Liban, en brandissant des exemplaires du Coran et des banderoles à la gloire de l’Islam, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

L’armée libanaise a déployé un important dispositif de sécurité préventif devant les locaux de l’ambassade de Suède et la résidence de l’ambassadrice suédoise à Beyrouth.  Au niveau officiel, le ministère des Affaires étrangères a appelé «les autorités suédoises à prendre les mesures nécessaires pour mettre un terme à tout agissement qui alimente la haine, l’islamophobie, le racisme, l’incitation à la violence et l’atteinte aux religions».

L’Organisation de coopération islamique (OCI) a elle,  parlé d’un «nouvel acte provocateur», son secrétaire général, Hissein Brahim Taha, exhortant Stockholm à «cesser de délivrer des autorisations de rassemblements à des groupes et individus extrémistes».

La Suède a rapatrié temporairement son ambassade à Stockholm. Le gouvernement suédois a déjà mainte fois dit que brûler un texte considéré comme sacré par certains était  «inapproprié» et «islamophobe» mais que c’était légal, rapporte notre correspondante à Stockholm, Carlotta Morteo. Pas question d’amender la Constitution suédoise qui protège le droit de manifester et d’exprimer une opinion, ce serait la porte ouverte à l’instauration d’un droit du blasphème.

Hier les caricatures, aujourd’hui les autodafés. La Suède a toujours estimé qu’il ne fallait pas mettre le doigt dans cet engrenage. Mais des voix s’élèvent pour renforcer la loi contre l’incitation à la haine ou la loi qui régit la sécurité intérieure et l’ordre public. Le ministère de la Justice étudie la question. ACP/KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet