Climat : nécessité d’un plan de gestion intégrée des inondations dans le bassin  du Congo

Kinshasa, 25 janvier 2024 (ACP).- La mise en œuvre urgente d’un plan d’actions opérationnel de gestion intégrée des inondations en République démocratique du Congo (RDC) et dans le Bassin du Congo, a été suggérée jeudi à l’Université de Kinshasa (Unikin), lors d’un atelier  sur la problématique des inondations.

« L’Unikin  à travers son École régionale de l’eau et son Centre de recherche en ressources en eau du Bassin du Congo (CRREBAC) a organisé l’atelier sur le thème «Restitution des investigations préliminaires sur les inondations actuelles en RDC : état des lieux et perspectives», qui a suggéré un besoin d’investir en urgence dans la mise en œuvre d’un plan d’actions opérationnel de gestion intégrée des inondations en RDC et dans le Bassin du Congo», a indiqué le Pr Raphaël Tshimanga, directeur de l’Ecole régionale de l’eau de cette Université.

Il sera question dans ce plan urgent, d’investir dans la prévention et la protection des vies humaines et des biens en rapport avec la situation des catastrophes et des inondations qui sévit actuellement en RDC et chez ses pays voisins.

Le Pr Tshimanga a salué les différents scientifiques, acteurs étatiques et non étatiques qui ont discuté autour des résolutions que devra contenir ce plan d’actions opérationnel des inondations.

Il s’agit des résolutions liées  notamment à la mise en œuvre d’un programme de prévision des inondations et un système d’alerte précoce, à l’élaboration d’un plan de gestion des risques sanitaires relatifs aux inondations, à la conception d’un plan de contingence pour faire face aux inondations actuelles, à la mise en œuvre d’un programme de renforcement socio-économique des communautés touchées par les inondations ainsi qu’à l’élaboration de la loi sur la protection des périmètres de sécurité et des zones de recharge.

Résultats de la recherche

 En outre, le Pr Tshimanga qui a présenté les résultats de cette recherche menée par son École et le Centre, a indiqué que «depuis le mois de décembre 2023, la RDC et les pays voisins situés dans le bassin du fleuve Congo font face à une catastrophe climatique due aux inondations fluviales qui s’observent dans quelques grandes villes…A Kinshasa, le fleuve Congo a atteint son niveau le plus élevé depuis plus de 60 ans avec un débit de 79.000 m3».

Plus de 300 personnes ont perdu la vie à la suite de ces inondations ayant causé aussi plusieurs dégâts matériels, des pertes de ménages dont 300.000 foyers ont été touchés dans 43.000 maisons ainsi que 9500 infrastructures affectées le long du fleuve Congo.

Les sites les plus touchés sont ceux de Kinkole, quartiers Ndanu et Limete Salongo, cité du fleuve, les Ports sur poids lourds, le Bitshaku-Tshaku à Barumbu,Mimoza à Ngaliema, les site de Mbudi et de Maluku.

Quatre thématiques ont été abordées au cours de cet atelier dont  «l’état actuel de prédilection des risques des inondations dans le bassin du fleuve Congo», exposé par le Pr Godé Bola.

Ce dernier a présenté l’historique des inondations de 1902 à 2024, dont celles de 1961 et 2023-2024  «riches en inondations catastrophiques sur les infrastructures et les personnes». ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet