Retombée de la COP26 : le Président Félix Tshisekedi signe un accord pour la protection de la forêt de la RDC

Kinshasa, 06 novembre 2021 (ACP).- Le Président Félix Tshisekedi et le Premier ministre Boris Johnson du Royaume-Uni, au nom du Conseil d’administration de l’Initiative pour la Forêt de l’Afrique centrale  (CAFI), ont signé, en marge de la 26ème Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26) dont les travaux se poursuivent à Glasgow (Ecosse), un accord de protection, pour 10 ans, de la forêt de la RDC, 2ème plus grande forêt tropicale du monde. Cet accord multi-bailleur (2021-2031) prévoit, au départ, le déblocage prochain de 500 millions USD des investissements sur le terrain, pour les cinq premières années.

Auparavant, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, conscient de l’importance du Bassin du Congo qui couvre une superficie totale de 3,7 millions de km2 et abrite certains des plus grands peuplements intacts de forêt tropicale humide de la planète, en plus de grandes zones humides, avait mis en garde les économies puissantes de la planète contre «une colère et une impatience incontrôlables » en cas d’échec des négociations », rapporte-t-on. Dans la même lignée, plusieurs pays industrialisés et des organisations internationales, présents à la COP26, ont annoncé, mardi dernier, dans une déclaration conjointe, un financement d’au  moins 1,5 milliard USD, en soutien aux pays du bassin du Congo et ce, dans le but de protéger, de  2021 à 2025, ses forêts, ses tourbières ainsi que d’autres réserves de carbone essentielles pour la planète.

Par ailleurs, le Président de la République, Félix Tshisekedi  Tshilombo, a fait écho à Glasgow, d’un discours innovant en matière du changement climatique : un  plaidoyer pour de nouvelles approches de développement pour l’Afrique. «Nous manifestons aujourd’hui notre engagement à l’égard de cette région importante, en annonçant une contribution collective d’au moins 1,.5 milliard USD de financement entre 2021 et 2025, afin de soutenir les efforts et  les résultats ambitieux dans la région pour protéger et maintenir les forêts du Bassin du Congo, tourbières et autres réserves de carbone essentielles pour la planète», on  éclaré les puissants du monde, invitant d’autres donateurs à accroître significativement leur soutien à cette région qui constitue le 2ème poumon de la planète, après l’Amazonie en déclin rapide.

Ils ont, en outre, pris l’engagement d’augmenter le financement et les investissements provenant d’un large éventail de sources publiques et privées, tout en améliorant les aspects coordination, efficacité et accessibilité de leurs initiatives affirme-t-on.

Priorité aux infrastructures

Par ailleurs, le Chef d’Etat congolais a mis l’accent, du haut de la tribune de la COP 26, sur la problématique, pour l’Afrique, du développement des infrastructures, avant de mettre en évidence les contraintes qui freinent son élan à intensifier ses investissements dans ce secteur, afin de soutenir la croissance de son économie et les besoins de sa population.

«Dans un contexte caractérisé par la lassitude des donateurs et  l’augmentation des niveaux d’endettement dans les pays les plus exposés, il nous faut trouver de nouvelles approches », a-t-il souligné, en tant que Président en exercice de l’Union africaine et porte-voix du continent. «Avec à peine 62 milliards USD disponibilisés pour développer les infrastructures en Afrique, sur les 130 à 170 milliards attendus, les Etats africains ne pourront manifestement pas maintenir les niveaux de croissance économique de ces dernières  années et faire reculer la pauvreté et ses impacts sur les écosystèmes », a-t-il en outre déploré.

Le Président de la République a appelé, en guise de solution, à de nouveaux choix, ou mieux, à de nouvelles stratégies innovantes, «dans un contexte caractérisé par la lassitude des donateurs et l’augmentation des  niveaux d’endettement dans les pays les plus exposés».

Le Président Félix Tshisekedi, accompagné de la Première  Dame, a regagné Kinshasa, jeudi après-midi, au terme d’une mission d’Etat en Israël, suivie d’une participation aux assises de G20 à Rome, en Italie, et à la 26ème conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 26) à Glasgow, en Ecosse.

Un  accueil chaleureux lui a été réservé par les congolais de la capitale à son retour, de l’aéroport international de N’Djili à sa résidence officielle, à la Cité de             l’Union africaine. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet