Kinshasa : les journalistes informés sur les techniques d’assistance médicales à la procréation

Kinshasa,  2 février 2023 (ACP).- Les journalistes œuvrant à Kinshasa en République démocratique du Congo ont été informés vendredi lors d’une conférence de presse sur les techniques d’assistance médicales à la procréation.

 « C’est une opportunité de pouvoir passer l’information auprès des journalistes sur les techniques d’assistance médicales à la procréation qui sont venues révolutionner la prise en charge des couples infertiles en RDC.», a déclaré le professeur Dr ,Antoinne Modia, gynécologue obstétricien et Échographiste à la clinique des Anges.

« Nous avons voulu que vous puissiez vous rendre compte par rapport à ce qui se passe à la fondation des anges. C’est une joie de vous annoncer que dans notre pays et notre organisation, nous pouvons porter secours au problème de couple infertile ». a-t-il dit.

« Aujourd’hui il n’y a plus de barrière, nous avons la possibilité de pouvoir dire à ces couples que nous pouvons prendre en charge tout le cas d’infertilité, quel qu’en soit la cause jusqu’à ce qui concerne les femmes ménopausées » a rassuré le Dr Modia.

Selon ce médecin, les techniques modernes d’assistance médicale à la procréation prend en compte choses les plus simples tels l’insémination intra-utérine par conjoint ou partenaire jusqu’à la fécondation in-vitro. Ce qui ne se fait pas dans notre pays.

« Entant qu’organisation caritative, nous avons voulu que ces choses qui coûtent chères et qui demandent à ce que les couples puissent se déplacer, se fassent maintenant dans notre pays », a laissé entendre le Dr Modia.

Dans ce même registre, il a fait savoir que les taux de réussite en terme de grossesses par transfert envoisinent celui de la fécondation naturelle qui est de 20 à 25%.

En fécondité in vitro, a-t-il poursuivi, on arrive à 30-35%, voire 40 à 50% pour certaines équipes dans le monde avec une moyenne de 25,6% de taux de réussite par transfert.

«Avant 37ans, une femme en parcours de FIV a plus de 25 %de chance de tomber enceinte, 12% à 38ans, 9% à 40ans et 5et 6 après 42ans », a expliqué gynécologue obstétricien.

Ce médecin a défini l’assistance médicale à la procréation comme un ensemble de procédure clinique, biologique permettant la procréation en dehors du processus naturel sans aucun contact sexuel entre les géniteurs.

De son côté M. Michel Kiapa, président de l’Union des journalistes et communicateurs en santé (UJCA), a fait savoir que cette activité cadre avec le 21ème  anniversaire de son association.

 « c’est un honneur pour nous de s’informer et d’informer le public sur les techniques de l’assistance à la procréation que pratique la clinique des anges pour redonner de l’espoir à des femmes qui veulent devenir parents », a-t-il laissé entendre.

La clinique des anges œuvre à Kinshasa depuis 30ans, a pour objectif de prendre en charge l’infertilité de l’homme et de la femme selon les techniques les plus récentes et avec les meilleures compétences dans le but de résoudre les difficultés des couples infertiles ou inféconds. ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet