RDC : la sensibilisation, arme efficace pour la prévention des maladies cardiovasculaires (Médecin)

Kinshasa, 24 juin 2024 (ACP).- La sensibilisation demeure l’arme la plus efficace pour prévenir les maladies non transmissible en République démocratique du Congo, particulièrement les maladies cardiovasculaires, a appris l’ACP lundi au cours d’un entretien à Kinshasa.

«Pour combattre la tendance des maladies non transmissibles, particulièrement les maladies cardiovasculaires, la prévention à travers la sensibilisation de toutes les couches de la population demeure l’arme la plus efficace », a déclaré le Dr. Emmanuel Limbole, directeur de Programme national de lutte contre les maladies cardiovasculaires (PNLMCV).

Il a ajouté que «la fréquence des maladies cardiovasculaires augmente dans notre pays, et les moyens pour la lutte sont, non seulement insuffisants, mais également quasi inexistants. A cela s’ajoute, le faible moyen pour une bonne prise en charge et efficace, ainsi que la faible communication sur ces maladies».

«Cela est dû à l’occidentalisation de notre style de vie alimentaire et de notre vie quotidienne. Par contre, il est impossible de trouver une personne obèse dans nos villages, parce qu’elle continue de marcher, d’exercer des travaux champêtres, de manger la nourriture saine et fruits de la nature, c’est-à-dire, non transformés. Ce changement  nutritionnel est à la base de plusieurs cas des maladies cardiovasculaire dans notre pays », a renchéri le Dr. Limbole.

«Le style de vie malsain actuel, le faible taux de dépistage précoce des facteurs de risque des maladies cardiovasculaires, ainsi que le faible taux de contrôle de ces facteurs de risque justifient la flambée actuelle des maladies non transmissibles dans notre pays », a-t-il dit, ajoutant : «selon des études menées récemment à Kinshasa, l’âge moyen de prédisposition de maladies cardiovasculaires varie entre 55 à 60 ans, où les accidents cardiovasculaires (AVC) apparaissent même dans la quarantaine, ainsi que d’autres complications, telles que l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance rénale chronique».

Les conséquences des aliments malsains évoquées

«Les aliments malsains peuvent entrainer directement (à court terme) ou indirectement (à long terme) des conséquences dans l’organisme. Les effets directs ou rapides peuvent se manifester en cas d’intoxication aigue, tandis que les conséquences indirectes peuvent engendrer des complications aigues à moyen ou à long terme. C’est le cas de certains cancers qui apparaissent plusieurs années après avoir consommé de manière plus ou moins prolongée un aliment contenant des substances cancérigène », a expliqué le Dr. Limbole, qui est aussi cardiologue à la clinique Ngaliema.

Pour lui, une insuffisance d’activité physique, une alimentation trop salée, trop riche en graisse et en sucre, ainsi qu’une alimentation pauvre en fruits et en légumes, le tabagisme, la consommation excessive d’alcool et des stupéfiants, peuvent conduire aux maladies cardiovasculaires. Sur cette liste, il a ajouté une exposition chronique au stress psychosocial dû à la précarité de la vie socioprofessionnelle.

«Une alimentation non équilibrée expose la population, particulièrement les jeunes, à l’augmentation de poids et de la tension artérielle », a conclu le Dr. Emmanuel Limbole. ACP/ ODM

Fil d'actualités

Sur le même sujet