Tshopo : la circulation des médicaments de mauvaise qualité, un danger pour la population (un spécialiste)

Kisangani, 2 février 2024 (ACP).-La circulation des  médicaments de mauvaise qualité à travers les établissements de vente des produits pharmaceutiques,  constitue un danger pour la vie de beaucoup de gens à Kisangani (Nord-est de la République démocratique du Congo),         a appris vendredi l’ACP au cours d’un entretien.

« Dans toute la ville, il y’a la prolifération des établissements de vente en gros des produits pharmaceutiques. Mais on ne sait pas avec exactitude qui contrôle la qualité de ces médicaments. Nous sommes exposés à ce phénomène des médicaments de qualité douteuse. C’est un véritable fléau qui menace la vie de millions de notre peuple », a déclaré Dr Aimé Eyane, directeur de la centrale d’achat des médicaments essentiels de Kisangani (CAMEKIS).

Et d’ajouter : « Ce sont des produits dont la composition et les principes ne répondent pas aux normes scientifiques, et ils sont vendus à très moins cher. Dans la majorité des cas, ce sont des médicaments avec des principes actifs erronés, soit sans principes actifs ».

Dans cette optique, le Dr Eyane a partagé les témoignages de certaines victimes de la consommation des médicaments de  mauvaise qualité.

« Nous avons reçu des témoignages de certains malades qui pensaient que c’était la sorcellerie. Mais lorsqu’elles ont eu nos médicaments, elles ont senti le changement », a-t-il dit.  La prise des médicaments de faible qualité a des conséquences négatives, selon ce responsable sanitaire.

« Lorsque on prend des médicaments de faible qualité, il y a échec thérapeutique. Les médecins s’acharnent et pensent qu’ils ont posé un mauvais diagnostic »,  a-t-il poursuivi.

Dans les pays de tiers monde, le commerce des médicaments représente un gros business où beaucoup de choses ne sont pas bien contrôlées. Il y’a la faiblesse dans la régulation car on ne sait pas d’où viennent les médicaments, d’où sont-ils produits.

Notons que la CAMEKIS est un service d’utilité publique et d’intérêt général, qui a reçu de l’état congolais la mission de rendre disponible les médicaments de qualité aux formations sanitaires, pour l’amélioration de la qualité de l’offre des soins aux patients. ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet