Projet d’intégration REDD/Equateur : ouverture à Mbandaka de la 6ème réunion du comité de pilotage

Mbandaka, 1er novembre 2023(ACP).- La sixième et dernière réunion du comité de pilotage du projet d’intégration à la réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et de la dégradation forestière (PIREDD/Equateur) s’est ouverte mercredi à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, Ouest de la République démocratique du Congo, a appris l’ACP de source officielle.

«L’ouverture en ce jour de la 6ème et dernière réunion du Comité de pilotage du PIREDD/Equateur est une occasion pour nous féliciter mutuellement pour cette collaboration. La mise en œuvre de ce projet par l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et ses partenaires d’exécution a connu plusieurs difficultés», a déclaré M. Taylor Nganzi Nkeka, vice-gouverneur de province.

Selon M. Frédéric Djengo Bosulu, représentant du secrétaire général à l’environnement, cette sixième réunion du comité de pilotage va permettre aux membres de statuer sur le niveau de mise en œuvre du projet et d’atteindre les indicateurs globaux. Elle va également proposer des orientations et recommandations pour une éventuelle mise à échelle dudit projet.

Pour sa part,  M. Aristide Ongone Obame, représentant-pays de la FAO/RDC, a précisé : «les difficultés rencontrées au cours de sa réalisation n’ont pas permis de percevoir l’effectivité de son déroulement par les différents partenaires. Cependant, la FAO, ayant toujours eu le souci de promouvoir la gestion durable des forêts et de répondre effectivement aux besoins de ses différents partenaires et bénéficiaires, a procédé à des réajustements et des améliorations. Cela avec l’avis et l’accord de nos partenaires financiers et membres du comité de pilotage».

Et d’ajouter : «Nous sommes donc aujourd’hui en possibilité de vous dire sans risque de nous tromper que le PIREDD/Equateur a su répondre aux défis actuels en lien avec la REDD+».

La province de l’Equateur, a-t-il souligné, est riche par son patrimoine forestier et son potentiel en investissement REDD. 

«Il serait important que tous ici présents, puissions prendre conscience de la responsabilité qui nous incombe d’assurer la pérennité de ces investissements au profit des populations locales à la base pour le plein développement de cette grande province forestière», a indiqué M. Ongone Obame, avant de remercier le gouvernement de la RDC pour sa collaboration sans faille pour le développement durable.

Il a également remercié le gouverneur de province qui a permis la mise en œuvre du PIREDD/Equateur et le fonds mondial pour la nature (WWF) pour la collaboration efficace ayant produit de bons résultats.

Le représentant-pays de la FAO a précisé que : «l’organisation que je représente reste disponible pour poursuivre ce travail important en faveur de la préservation effective des forêts et dans ce sens les perspectives sont plutôt bonnes. Le travail abattu durant ces quatre dernières années a produit les résultats qui poussent les partenaires à envisager les appuis supplémentaires et même nouveaux».

Le projet PIREDD Equateur a débuté en août 2019 et devrait se terminer le 31 décembre 2023. Il a été financé par l’initiative pour les forêts de l’Afrique centrale (CAFI), le fonds national REDD+ (FONARED) et le Royaume de Suède. Son objectif principal était de trouver des solutions aux problèmes que posent les moteurs de la dégradation, de la déforestation dans l’agriculture itinérante sur brûlure ; l’utilisation non durable du bois énergie ; l’exploitation démographique et bien d’autres.ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet