RDC : les anciens succès musicaux réveillent des souvenirs (Opérateur culturel)

Kinshasa, 3 janvier 2024 (ACP).- Les anciens succès musicaux joués pendant les périodes des fêtes réveillent en nous des souvenirs, a appris mercredi l’ACP d’un entretien.

« La musique reprenant les tubes des anciens succès est souvent jouée pendant les moments des fêtes parce que ce genre de chanson contient une variété des thématiques et des sonorités qui sont nostalgiques et cela détend, berce l’esprit et réveille en nous des souvenirs inoubliables », a déclaré M. John Mbingilayi, opérateur culturel.

Et d’ajouter : « ces jours des fêtes la plus part des travailleurs se reposent à la maison ou se divertissent en dehors. L’autre raison est que les anciens succès contiennent  des thématiques procurant beaucoup de conseils par rapport à la musique actuelle. 80% des anciens succès sont thérapeutiques ».

« Les anciens succès, tels qu’on les appelle abusivement ne sont pas aussi anciens qu’on le croit. Ces chansons des aînés que l’on peut situer entre 1960 et 1980 voire 1990 ont un caractère à la fois intemporel et intergénérationnel, ce qui fait qu’elles soient encore et toujours adulées aussi bien par les vieux que par les jeunes », a de son côté affirmé M. Eduardo Kangala, un septuagénaire.

Parmi les raisons pour lesquelles ces chansons n’ont pas perdu de leur attrait comme de leur actualité, il a cité notamment, le thème abordé, la pudeur, l’utilisation rationnelle des instruments musicaux et la simplicité.

« Ce sont des chansons qui peignent la société en évoquant des thématiques aussi diverses que variées autres que l’amour d’ailleurs mal chanté actuellement, les chansons dites anciens succès, peuvent être écoutées en famille entre parents et enfants. Elles ne contiennent rien d’obscène tant dans les propos que dans la danse  et l’une des particularités  c’est qu’elles ne contiennent presque pas sinon à peine des « mabanga », cette pratique actuelle où aussitôt la chanson commencée, l’on déroule une litanie des noms au point de rendre la chanson même indigeste et les différents instruments qui sont combinés (guitare, flûte, tambour, accordéon, maracasse, etc.) pour produire une belle mélodie qui vous caresse les oreilles pendant cette période festive », a-t-il conclu.

De l’avis de plusieurs observateurs, la majorité de la population congolaise, préfère écouter les anciens succès que  les chansons actuelles pauvres quant aux thèmes abordés. Ce trait caractéristique s’applique aussi bien dans la manière de chanter que dans la tenue vestimentaire des musiciens. La sobriété et le sens de la mesure de l’ancien contraste avec l’extravagance des musiciens actuel. ACP/KHM/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet