La croissance économique de la RDC établie à 5,4% en 2021, selon la Banque centrale du Congo

Kinshasa, 16 novembre 2021(ACP)-. La Banque centrale du Congo a projeté la croissance économique de la République Démocratique du Congo (RDC) à 5,4% en 2021 contre 1,7% en 2020, indique la note de conjoncture économique de cette institution d’émission tenue du 08 au 12 novembre de l’année en cours.

Selon la même source, le cadre macroéconomique demeure stable au cours de la même période en dépit de certains risques d’origine externe qu’interne.

Cette croissance, souligne la BCC, sera tirée principalement par le secteur minier.

Selon les analyses économiques au cours de la deuxième semaine de novembre 2021, la Banque centrale du Congo indique que le taux d’inflation hebdomadaire s’est établi à 0,141 % contre 0,137 %, la semaine précédente. En cumul annuel, il est porté à 4,071 %.

En rythme hebdomadaire, ce niveau d’inflation est le plus élevé depuis le début de l’année. Ainsi donc, à conditions inchangées, l’inflation s’établirait à 4,72 % à fin décembre 2021.

En ce qui concerne le secteur extérieur au cours de la période sous examens, le marché de change demeure globalement stable à l’indicatif, consécutivement à l’évolution favorable de la conjoncture extérieure et au suivi rapproché des facteurs de la liquidité bancaire par la Banque centrale.

Le taux de change officiel s’est établi à 1999,26 CDF le dollar américain, soit une légère appréciation hebdomadaire de 0,03%. Par contre, sur le marché parallèle, il a été observé une légère dépréciation de 0,05%, situant le taux vendeur à 2.043,33 CDF le dollar américain.

En cumul annuel, le Franc congolais s’est déprécié de 1,37% à l’indicatif et de 0,90% au parallèle contre une perte du pouvoir d’achat de la monnaie de plus de 14,00% sur les deux segments de marché à la période correspondante de 2020.

Les réserves de change établies à 3,3 milliards USD

La source relève, par ailleurs, que les réserves de change se sont établies à 3,3 milliards USD au 11 novembre 2021. Ce niveau, qui correspond à plus de 3 mois d’importations de biens et services, tient des achats de devises par la BCC sur le marché de change, des encaissements au titre de la Facilité Elargie du Crédit (FEC), ainsi que de l’allocation général de DTS du FMI.

Elle note également que les cours de principaux produits exportés par la RDC se sont inscrits en hausse au cours de la semaine sous examen, sur fond de la hausse de la demande, avec la reprise de l’économie mondiale.

D’après le FMI, les prix de certains métaux dont le cuivre, le cobalt et le nickel devraient poursuivre leur tendance haussière, soutenue par les besoins mondiaux sans cesse croissants en énergie propre, pour réaliser l’objectif de réduction du réchauffement climatique.

Concernant les opérations financières de l’Etat, il est noté une bonne tenue des finances publiques en 2021 par rapport à 2020, particulièrement au niveau des recettes. Il s’en suit donc la pérennisation du pacte de stabilité qui s’inscrit dans la durée et le non recourt au financement monétaire des déficits publics.

Pour pérenniser la stabilité du cadre macroéconomique, la BCC note qu’il est indispensable de poursuivre la coordination des actions au niveau de la politique budgétaire et monétaire, de poursuivre la gestion optimale des facteurs de la liquidité et de mettre en œuvre les réformes retenues dans le cadre du programme avec le FMI.

La Banque centrale du Congo note, par contre que l’indice moyen des prix à la consommation a augmenté pour la deuxième semaine consécutive, suite à la hausse des prix des produits alimentaires.

   ACP/ ZNG/RNL/MNI/NNG/KMT

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet