RDC : la population appelée à œuvrer pour le développement dans l’égalité des chances

Kinshasa, 11 juillet 2023 (ACP).- La population congolaise a été appelée mardi, en République démocratique du Congo à œuvrer pour des voies de développement qui mènent à l’égalité des chances, à l’occasion de la célébration le 11 juillet de chaque année de la Journée mondiale de la Population. 

« Pour ce faire, nous sommes appelés à œuvrer pour des voies de développement qui mènent à l’égalité des chances et à la durabilité face à des changements de tout ordre , des voies qui exploitent les possibilités de développement en faveur de 8 milliards de personnes que le monde compte depuis novembre 2022 », a déclaré le ministre d’Etat en charge du Plan, Judith Suminwa Tuluka.

Selon elle, ces voies devraient plaider en faveur de la mise en œuvre effective des politiques démo-économiques appropriées, mettant l’accent sur l’accélération de l’égalité entre les différentes catégories sociales, gage d’un processus de développement visant la croissance économique inclusive, la réduction de la pauvreté et des inégalités sous toutes leurs formes.

La célébration de cette journée, a-t-elle dit, constitue une interpellation des gouvernements sur l’importance des questions de population, notamment dans le cadre des plans de développement à mettre en place et, d’autre part, de renforcer la sensibilisation de toutes les couches de la société sur les problèmes et les implications de la démographie galopante dans le domaine du développement socioéconomique et de l’environnement.

En République démocratique du Congo, cette journée est célébrée sous le thème : « Libération du pouvoir de l’égalité des genres : faire entendre les voix des femmes et des filles pour ouvrir les possibilités infinies de notre monde».

Ce thème, a-t-elle soutenu,  rappelle à chacun d’entre nous, les efforts à fournir pour donner aux femmes et aux filles les mêmes droits et choix que les hommes par rapport à l’éducation, à l’emploi, à la sexualité et à la procréation.

Stratégie fondamentale de la promotion du statut de la femme

La Conférence internationale sur la Population et le développement tenue au Caire, en Egypte en 1994,  a consacré l’approche Genre comme stratégie fondamentale de la promotion du statut de la femme, et a permis aux pays de prendre en compte, dans leurs politiques de population, plusieurs problèmes de la femme tels que l’inceste, le viol, l’excision et l’avortement qui, jadis, étaient considérés comme sujets tabous.

« Pour ce qui est de la République démocratique du Congo, c’est bien avant cette Conférence, qu’elle s’était engagée sur la voie de l’amélioration de la qualité de vie de la femme, à travers la promotion de ses droits et choix concernant notamment la sexualité et la procréation. Ainsi donc, cet engagement fut matérialisé par la création du Conseil national des naissances désirables en 1974, précurseur du Projet des services des naissances désirables, qui deviendra plus tard le Programme national de santé de la reproduction et/ou Planification familiale », a fait savoir la ministre du Plan.

A ce jour, a-t-elle révélé, plusieurs autres actions importantes ont été menées par le gouvernement de la République pour éradiquer les inégalités dans tous leurs aspects et dans plusieurs domaines.

Elle a cité notamment  la gratuité de l’enseignement sur toute l’étendue du territoire national qui a permis à des milliers d’enfants, parmi lesquels plusieurs filles, de reprendre le chemin de l’école, la couverture santé universelle en cours d’implémentation, ainsi que le Programme de développement Local des 145 territoires (PDL-145T).

Mme Judih Suminwa a aussi mentionné que le processus visant à renforcer l’égalité entre les hommes et les femmes consiste également à assurer aux uns et aux autres les mêmes droits relatifs au choix de fonder une famille, ainsi qu’à la reproduction.

Cependant, malgré toutes ces actions et les efforts déployés par le gouvernement, sous le leadership du Premier ministre   Jean-Michel Sama Lukonde, la situation des femmes et des filles en RDC, surtout dans les zones en proie aux conflits armés, demeure préoccupante.

Face à cette situation, le gouvernement, à travers notamment le ministère du Plan, a prévu de renforcer les programmes et actions déjà mis en œuvre, en s’attelant sur plusieurs axes d’intervention, dont : la sensibilisation des décideurs politiques, des responsables des services publics de l’Etat, des Organisations de la Société civile, des partenaires au développement et des chefs coutumiers pour obtenir leur adhésion, leur appropriation et leur implication dans les questions de population.

Elle a soutenu que l’institutionnalisation de cette journée par l’Organisation des Nations Unies représente une occasion idéale devant permettre la prise de conscience des problèmes prioritaires de population, dont les inégalités des droits entre les hommes et les femmes. ACP/KHM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet