Haut-Katanga : faible représentativité des femmes à la division de la Culture

Lubumbashi, 20 mars 2024 (ACP).- La faible représentativité des femmes aux postes décisionnels à la division provinciale de la culture, arts et patrimoine, a été au centre d’une séance de travail organisée mercredi à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga (Sud-Est de la République Démocratique du Congo), par le comité d’une association, a appris, mercredi, l’ACP des organisatrices.

«  Cette faible représentativité aux postes décisionnels à la division provinciale de la culture, arts et patrimoine est due au nombre des (6) bureaux de son service, dont deux seulement sont chapeautés par les femmes », a déclaré Léontine Mujinga, cheffe de bureau à la division provinciale de la culture, arts et patrimoine.

« Les femmes de la division provinciale travaillent d’arrache-pied et leurs revenus ne sont pas à la hauteur des services rendus. La majorité d’entre elles ne sont pas mécanisées, bien qu’elles soient sous statut », a-t-elle ajouté.

Mme Mujinga a émis le vœu de voir la hiérarchie revoir les cas des femmes compétentes en marge de la Journée dédiée aux droits de la femme. Organisée par le comité de l’Association des Femmes Fonctionnaires de la Fonction Publique « AFFAP » en faveur du personnel féminin des divisions provinciales, cette activité avait pour objectif de célébrer le mois dédié aux droits des femmes et faire connaître les travaux exécutés par chaque division ainsi que les difficultés éprouvées ». Mme Mujinga a, à cet effet, invité ses administrés à l’assiduité et à cultiver la paix.

Appel à s’enregistrer à la division provinciale de la Culture, arts et patrimoine

Par ailleurs, la cheffe de bureau, Léontine Mujinga a appelé tous les artistes du Haut-Katanga à s’enregistrer à la division provinciale de la culture, art et patrimoine en vue de bénéficier de l’encadrement et l’accompagnement dans leurs mé- tiers. « La division provinciale de la Culture, art et patrimoine manque des lois contraignantes pour recadrer tous le dérapages des artistes, ce qui bloque ladite division à assumer ses responsabilités », a-t-elle indiqué. De son côté, l’inspectrice urbaine de la société congolaise des droits d’auteurs « SOCODA », Mamie Mukonga a, dans son exposé, indiqué que la structure où elle œuvre est un service technique de la division provinciale de la culture, art et patrimoine, qui a pour mission la gestion, la protection et la répartition des droits d›auteurs. Il sied de signaler que cette journée a été organisée à l’occasion de la célébration du mois des droits des femmes dont le thème mondial est: « Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme  » et national: accroître les ressources nécessaires en faveur des femmes et des filles dans la paix pour un Congo paritaire».

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet