L’analyse sur l’opportunité et l’exigence d’abolir la peine de mort en RDC

Kinshasa, 09 juillet 2023 (ACP).- Une analyse sur l’opportunité et l’abolition de la peine de mort en République démocratique du Congo, a été faite samedi par le Réseau des jeunes agents de changement (JACUA-RDC) et l’Association des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE), lors  de la 11ème conférence en ligne.

« Quelques jours pour après la condamnation à la peine de mort de certains auteurs d’enlèvement, de kidnapping, de vol armé et extorsion dont la population de ville de Kinshasa a été victime pendant plusieurs mois, nous avons organisé cette conférence en ligne dans le but d’analyser l’opportunité d’abolir la peine de mort en RDC », a déclaré la présidente de l’ACOFEPE, Grâce Kangundu Ngyke.

Les Panélistes Me Christian Elando et Olivier Makayi, tous Juristes de formation, ont,  à cette même occasion donnée chacun son point de vue sur les possibilités d’abolition de la peine de mort en RDC.

Définissant le concept ‘’peine de mort’’, Me. Christian Elando a indiqué que ce terme n’est rien d’autre que la sanction pénale infligée à un condamné consistant à la suppression de la vie humaine. Il a informé l’assistance sur les modes d’exécution de cette mesure qui ne sont entre autres que l’injection létale, le gazage, la décapitation et la tuerie avec l’arme à feu.

Sur le plan social, a-t-il dit, la peine répond au besoin de la justice en mettant hors état de nuire les personnes dangereuses au sein de la société. Sur le plan économique, l’avantage est qu’elle permet à l’État d’économiser ses ressources financières surtout pour la nourriture et la survie de ces condamnés au sein des prisons.

De son côté, Me Olivier Makayi, a estimé que la progression de l’insécurité dans la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), est souvent attribuée aux gangs de jeunes urbains, communément appelés les « Kuluna ».

« La pauvreté et le manque de travail poussent ces jeunes à se rallier facilement dans des réseaux mafieux », a-t-il affirmé, avant de déplorer le fait que ces jeunes brigands opèrent souvent sous la bénédiction de certaines autorités municipales et policières.

Au cours du débat, le coordonnateur national de JACUA-RDC, Gustave Cibangu, a interpellé la société civile congolaise d’amplifier sur terrain, les actions de sensibilisation avec des communautés des jeunes dans les églises, universités et établissements scolaires.

« La dépravation des mœurs au sein de la société congolaise reste un souci prioritaire pour la société civile », a-t-il conclu.

Il sied de rappeler que cette conférence avait pour thème principal : « Kidnapping à Kinshasa : l’abolition de la Peine de mort face à la Criminalité en RDC. Une opportunité ou une exigence ? ».

ACP/ CL

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet