RDC : des leaders communautaires formés sur le civisme électoral

Kinshasa le 20 octobre 2023 (ACP).- Des leaders communautaires du district de Funa à Kinshasa en République Démocratique du Congo ont été formés vendredi sur le civisme électoral pour améliorer la participation des électeurs aux scrutins de 20 décembre 2023, dans un atelier de formation organisé par une association des jeunes.

« Cet atelier de formation sur le civisme électoral organisé en cette période pré-électorale visait la formation des leaders communautaires de Kinshasa sur le civisme électoral de notre pays en vue de bien sensibiliser à leur tour des électeurs pour améliorer leur participation dans le processus électoral », a déclaré, Jean-Baptiste Ndundu, expert aux questions électorales.

Et d’ajouter : « la base du processus électoral en République Démocratique du Congo est dans l’article 5 de la constitution qui stipule que la souveraineté nationale appartient au peuple, tout pouvoir émane du peuple qui l’exerce directement par la voie du referendum ou élections et indirectement par ses représentants, c’est pourquoi le peuple doit être formé à ce sujet »

« Les leaders que vous êtes, vous devez comprendre que le système électoral doit correspondre au système de gouvernance de notre pays et savoir que le système éducatif devrait faire connaitre cela aux jeunes à la base pour leur éviter les manipulations pendant le processus électoral en cours », a-t-il expliqué.

Pour M. Ndundu, connaitre la représentation juridique, c’est-à-dire savoir que le mandat qu’on donne, les objectifs ou les résultats attendus des élus, la personne capable à résoudre les problèmes détectés dans la société est une grande responsabilité.

Il a par ailleurs fait savoir qu’il s’agit aussi de la représentation sociologique qui démontre que 71% des électeurs congolais sont des jeunes, ceux-ci sont appelés à prendre conscience de leur poids sociologique, de leur impact dans le processus électoral et de leur capacité de représenter valablement la population pour résoudre les problèmes de société. 

L’expert aux questions électorales, également membre de la plénière honoraire de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a, en outre, énuméré les causes de violences électorales avant de donner quelques remèdes aux femmes pour se protéger au cours du processus électoral qui se pointe à l’horizon.

« Les femmes représentent 50% de l’électorat mais elles sont exposées à des violences qui les empêchent à accéder à certaines postes de responsabilité, et pour remédier à ce problème, la sensibilisation doit commencer à la base dans le système éducatif. Les femmes doivent être éduquées de façon à prendre conscience de leur impact dans les institutions politiques de notre pays », a-t-il expliqué.

Me. Iness Badinabo a, à son tour, martelé sur les rôles des représentants du peuple, insistant sur la responsabilité du souverain primaire qui est le peuple en vue de porter un choix judicieux.

« Pour sécuriser notre choix, les jeunes doivent savoir qu’ils ne peuvent pas donner mandat à n’importe qui, que ça soit le président qui est un représentant et aussi une institution ou les députés. Ceux-ci doivent être capables d’étudier, de proposer des lois, de contrôler le gouvernement ainsi que les entreprises publiques », a-t-elle soutenu.

Cet atelier de formation était organisée par le mouvement de jeunes de l’église catholique « Jeunesse du monde » qui milite contre toutes sortes de discrimination et participe activement au développement de la société en aidant des démunis tels que des veuves et orphelins. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet