RDC : « le combat pour la parité est noble et juste » (Jacquemain Shabbani)

Kinshasa, 10 mars 2024 (ACP).- Le combat pour la parité en République démocratique du Congo est noble et juste au-delà du fait qu’elle soit inscrite dans la Constitution, a estimé samedi à Kinshasa un conseiller principal du Chef de l’Etat, lors d’une conférence-débat organisé par le mouvement de lobbying et plaidoyer.

« Le combat pour la parité en RDC est noble et juste au-delà du fait qu’elle est inscrite dans notre constitution. Il est important que nous tous, hommes et femmes, puissions l’intégrer et faire en sorte que ça soit une réalité », a déclaré Jacquemain Shabbani, Conseiller principal du Chef de l’Etat.

« Je crois qu’ensemble dans nos sociétés, nous vivons encore certaines situations d’injustice et d’inégalité. Il est clair que la participation de la femme dans le cercle de prise des décisions aiderait à réguler la gestion de nos différentes sociétés », a-t-il ajouté, soulignant qu’il est nécessaire de soutenir ce combat afin de permettre à la femme de jouer pleinement son rôle.

A cette occasion, Me Jacquemain Shabbani a exhorté les femmes et jeunes filles à intégrer les partis politiques dans le but de compétir avec les hommes. « La femme est le symbole de la noblesse, de la sainteté. Nous estimons que lorsque nous faisons le combat de sa participation au cercle décisionnelle, elle doit venir avec toute sa noblesse et sainteté pour aider les hommes à rester aussi neutre et à faire à ce que les valeurs priment sur antivaleurs », a-t-il conclu.

Expliquant aux participants le sens du thème national de la journée du 08 mars, Mme Acacia Badumbola, cadre de ce mouvement, a dans son mot de circonstance, signifié qu’accroître les ressources en faveur des femmes revient à dire que les obstacles quant à leur autonomisation est assurée et que les opportunités sont créées afin de réduire les écarts importants qui existent entre les hommes et les femmes tant sur le marché de travail que dans les résultats agricoles.

Les autorités invitées à se pencher sur la question de la parité

Dans la déclaration finale de ce mouvement, Mme Godé Lonji a, par ailleurs, invité toutes les autorités congolaises à se pencher sur cette question de parité et à entendre l’appel des femmes afin que règne la concorde et la paix citoyenne dans le pays.

« En dépit du rôle important que la congolaise joue et d’immenses sacrifices consentis et sa contribution significative au développement socioéconomique et à la consolidation de la paix en RDC, la femme et la jeune fille congolaise sont faiblement représentées au sein des institutions tant politiques, administratives, socioéconomiques. Sa position sociale et son statut ont régressé suite aux nombreuses violations commises à son égard, notamment, les discriminations criantes, injustices, violences de tout genre lui infliger », a-t-elle déploré.

Ayant assuré la modération de cette cérémonie, Mme Chantal Yelu Mulop, coordinatrice du bureau en charge de la jeunesse, lutte contre les violences faites aux femmes et la traite des personnes, a invité l’assistance à soutenir la candidature des femmes qui ont postulé comme sénatrices et gouverneure, avant de remercier la First Bank pour son appui à cette activité.

« Pour Elles »; un projet d’appui aux femmes entrepreneures en RDC

Une vue des participantes 

A la clôture de ces assises, le projet « Pour Elles » qui appui l’autonomisation des femmes entrepreneures en RDC a été présenté aux femmes leaders de toutes les tendances confondues. Il a pour objectif général de contribuer à l’autonomisation économique des femmes et ainsi participer à la réduction des inégalités entre les femmes et hommes. Ce projet est financé à 12 millions d’euros par l’Agence française de développement (AFD) pour une durée de 4 ans. Il ne concerne que trois villes du pays, à savoir, Kinshasa, Kikwit et Bukavu. ACP/C.L.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet