Tshopo : ouverture d’un atelier d’appropriation de l’arrêt de la Cour internationale de justice

Kisangani, 13 mars 2024 (ACP).- Un atelier sur l’appropriation de l’arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) et du décret portant création, organisation et fonctionnement du fonds spécial de réparation de l’indemnisation aux victimes des activités illicites de l’Ouganda en République démocratique du Congo (Frivao), a été ouvert  mercredi à Kisangani, chef-lieu de province de la Tshopo, dans le nord-est du pays .

«  Dans cet atelier, nous proposons de rendre accessibles et compréhensibles les documents clés de base sur lesquels le Frivao trouve son fondement aux ONG œuvrant dans le domaine des droits humains, en vue d’une appropriation et un suivi efficace des activités de Frivao », a déclaré Mme Mimy Mopunga, secrétaire-rapporteure de Frivao.

« Les acteurs publics, de la société civile, services étatiques, leaders communautaires ou notabilités et, bien sûr, aux victimes sont aussi concernés », a –t-elle ajouté.

Mimy Mopunga a fait savoir que ces documents sont l’arrêt rendu par la CIJ sur l’affaire opposant la RDC et l’Ouganda, les atrocités commises par ce dernier sur le territoire congolais et le décret du Premier ministre relatif à la création, organisation et fonctionnement de Frivao ».

« Le but de cet atelier est de rappeler à votre intention les différentes missions conférées aux animateurs de Frivao, et valider les cahiers de charges en rapport avec la répartition collective, car il s’agit de processus de justice transitionnelle », a-t-elle souligné.

Mme Mimy Mopunga a, à cet effet, appelé par la même occasion, les Boyomais à un suivi de la destination des fonds déjà décaissés pour des travaux à intérêt collectif, notamment, 9.000.000 USD à la société nationale d’électricité pour la réhabilitation de la centrale et de 3.000.000 USD au ministère du Développement rural, pour le réaménagement des routes de desserte agricole de la Tshopo.

Elle a également évoqué les difficultés rencontrées pendant l’opération d’enregistrement et d’identification des victimes, clôturées le 06 mars 2024, concernant « la prolifération des fausses victimes, créées de toutes pièces par des personnes de mauvaise foi, parmi lesquelles et malheureusement, certains membres des associations des victimes ».

Depuis le lancement de cette opération au mois de novembre 2023 jusqu’à la clôture officielle, le nombre des requérants enregistrés s’élève à 14.000 victimes, pendant que l’opération de dépouillement se poursuit dans le but de ne retenir que les vraies victimes.

La gouverneure de province, Madeleine Nikomba Sabangu, qui a ouvert cet atelier, a encouragé les participants à contribuer activement aux discussions et à partager leurs expertises et leurs perspectives.

« Vos contributions sont essentielles pour façonner les politiques et mécanismes qui permettront de garantir une réparation adéquate et durable pour les victimes. Je suis convaincue que cet atelier contribuera à renforcer notre engagement collectif envers la justice transitionnelle, et promouvoir un avenir meilleur pour tous », a rencherie l’autorité provinciale.

Notons que cet atelier de deux jours, soit du 13 au 14 mars 2024, se tient à la salle de formation continue et d’excellence « Monaco » de l’Université de Kisangani. Les activités du Frivao s’étendront dans les jours avenirs sur toutes les autres provinces issues de la province orientale, notamment, le Bas-Uélé, Haut-Uélé et l’Ituri. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet