37 morts, bilan d’un conflit foncier au Soudan du Sud

Kinshasa, 05 février 2024 (ACP).- Trente-sept personnes ont été tuées le week-end dernier dans des affrontements liés à une querelle foncière dans la région pétrolifère d’Abyei (zone frontalière entre les deux soudans), selon le bilan officiel, cité lundi par les médias internationaux.

« Les combats entre les jeunes armés de l’État de Warrap et les combattants fidèles au chef spirituel Gai Machiek dans cette région ont couté la vie à 37 personnes dont quatre femmes et trois enfants », a déclaré Bolis Kosh, ministre sud soudanais de l’information.

« 1 000 têtes de bétail avaient également été volées », a-t-il ajouté.

« les combats avaient éclaté dans les comtés de Rum-Ameer, Alal et Mijak lors d’une attaque menée par des jeunes armés de l’État de Warrap, au Soudan du Sud, soutenus par des combattants fidèles au chef spirituel Gai Machiek, de l’État de l’Unité, au Soudan », a poursuivi le ministre.

Cette effusion de sang survient une semaine après la mort de 52 personnes dans le cadre d’un conflit foncier dans la même région.

« La zone administrative spéciale d’Abyei condamne fermement les attaques terroristes, les meurtres odieux de civils innocents, les incendies de marchés locaux et de zones résidentielles », a déclaré M. Koch dans un communiqué.

Les violences ethniques sont monnaie courante dans la région, où les membres de la tribu Twic Dinka de Warrap se disputent les terres avec les Ngok Dinka dans la région d’Abyei, à Aneet, située à la frontière.

Bien que la terre soit considérée comme le principal moteur du conflit, les autorités affirment que les jeunes Twic armés sont incités par Machiek, un chef spirituel de l’ethnie Neur qui a été accusé de formenter le conflit. Il a également été tenu pour responsable de l’attaque qui a tué 53 personnes, dont deux soldats de la paix de l’ONU, il y a une semaine. Machiek a nié tout acte répréhensible lors d’entretiens avec les médias locaux.

Le Soudan et le Sud-Soudan sont en désaccord sur le contrôle de la région d’Abyei depuis qu’un accord de paix conclu en 2005 a mis fin à des décennies de guerre civile entre le nord et le sud du Soudan. Le statut d’Abyei n’a pas été résolu après l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, bien que la région soit sous son contrôle.

Les Ngok Dinka, majoritaires dans la région, sont favorables au Soudan du Sud, tandis que les nomades Misseriya, qui viennent à Abyei pour trouver des pâturages pour leur bétail, sont favorables au Soudan. Un groupe d’experts de l’Union africaine a proposé un référendum pour Abyei, mais il y a eu des désaccords sur la question de savoir qui pourrait voter. ACP/KHM/ODM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet