Jérusalem Est : l’accès  limité à l’esplanade des Mosquées divise la classe politique israélienne

 

Kinshasa, 19 février 2024 (ACP).- Le gouvernement israélien a décidé de limiter l’accès des musulmans à l’esplanade des mosquées  pour prier le 10 mars prochain, date marquant le début du Ramadan cette année  célébré sur une tension de la guerre entre Israël et le Hamas, a appris l’ACP lundi des médias internationaux.

« La situation est explosive, notamment à Jérusalem pour la fête de Ramadan où les musulmans sont Contre l’avis des responsables de la sécurité, le gouvernement israélien qui a décidé de limiter l’accès à l’esplanade des Mosquées », a précisé la source.

C’est un point de rencontre annuel « Le Ramadan », le mois le plus sacré du calendrier musulman, et la mosquée Al-Aqsa, et son esplanade est le 3ᵉ lieu saint de l’islam.

Un mélange particulièrement détonant. Le cabinet de sécurité israélien a décidé dimanche soir 18 février d’imposer cette année des restrictions à l’accès des fidèles musulmans.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu accède ainsi aux demandes d’Itamar Ben Gvir, le ministre de la Sécurité nationale, pour les Palestiniens de Cisjordanie, les habitants de Jérusalem-est et pour la première fois également pour les arabes israéliens désireux de participer aux prières.

Une décision dangereuse qui risque d’enflammer toute la région

 Signalons qu’à ce stade, les critères de sélection, notamment l’âge des fidèles et leur lieu de résidence, n’ont pas été rendus publics. Pour la police, l’armée et le Shin bet, le service de sécurité intérieure israélien, il s’agit d’une décision dangereuse qui risque d’enflammer toute la région. Les partis arabes parlent de nouvelle provocation du suprémaciste Ben Gvir.

Pour Ahmad Tibi, le chef de file du parti Ta’al c’est un sujet qui devrait être débattu par les instances de l’ONU.

Et sur Reshet Bet, le diffuseur public israélien, l’ancien ministre Mansour Abbas, la tête de liste du parti islamique Ram, s’en prend lui directement au ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et à Benyamin Netanyahu : « Il est évident que c’est une mauvaise décision. Elle est injuste et on peut même dire stupide et irresponsable. Quand il y a des recommandations de responsables sécuritaires qui ne sont pas empreintes de politique, il faut écouter et suivre ces précieux conseils. Et ne pas être des otages entre les mains de Ben Gvir».

Mais selon les médias, la solution va peut-être venir de la procureure générale. Elle avertit que ne pas permettre aux arabes israéliens de prier sur l’esplanade des Mosquées est tout simplement illégal.

ACP/  

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet