Nigeria : des activistes demandent de retarder la vente de la société Shell

Kinshasa, 29 février 2024 (ACP).- Des activistes locaux et des groupes environnementaux internationaux ont demandé au  gouvernement nigérian à suspendre la vente des actifs terrestres de la compagnie pétrolière Shell, dans le delta du Niger, a-t-on appris jeudi des médias internationaux cités par africanews.

«Les manifestants ont appelé le gouvernement du Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique, à suspendre la vente jusqu’à ce que les problèmes environnementaux soient résolus», a déclaré la source.

La compagnie londonienne tente de vendre sa filiale Shell Petroleum Development Company – qui exploite ses actifs terrestres dans le delta du Niger  une région hautement polluée – à Renaissance Africa Energy Company, un consortium d’entreprises locales.

Shell affirme que l’opération de désinvestissement de 2,4 milliards de dollars s’inscrit dans le cadre d’une « reconfiguration plus large du secteur pétrolier et gazier nigérian ».

Mais le Centre de recherche sur les entreprises multinationales (SOMO), une organisation néerlandaise à but non lucratif, a publié mercredi un rapport dans lequel il affirme que Shell ne devrait pas être autorisée à se désinvestir dans le delta à moins qu’elle n’assume « la responsabilité de son héritage toxique de pollution et ne garantisse le démantèlement en toute sécurité des infrastructures pétrolières abandonnées ».

Les manifestants ont appelé le gouvernement du Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique, à suspendre la vente jusqu’à ce que les dommages causés ainsi que les problèmes environnementaux soient résolus.

Lezina Mgbar, une travailleuse de la santé et agricultrice de 54 ans qui a participé à une manifestation le week-end dernier à Port Harcourt, la capitale pétrolière du pays, a déclaré que sa communauté de Korokoro Tai, dans l’Ogoniland, avait été « gravement » touchée par les déversements de pétrole.

«Le matin, les enfants et les femmes doivent parcourir de longues distances pour aller chercher de l’eau, de sorte que les enfants ne peuvent souvent pas arriver à l’heure à l’école et que nos rendements agricoles sont faibles», a déclaré M. Mgbar à l’Associated Press. « Nous demandons à Shell de restaurer nos terres et d’assainir notre eau avant tout désinvestissement. »

Nigéria : des fermes et une rivière souillées par un déversement de Shell

Par ailleurs, un nouveau déversement de pétrole dans une installation Shell au Nigeria a contaminé des terres agricoles et une rivière, bouleversant les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et d’agriculteurs dans une partie du delta du Niger.

Ce dernier subit depuis longtemps la pollution environnementale causée par l’industrie pétrolière.

En outre, l’Agence nationale de détection et d’intervention en cas de déversement de pétrole, ou NOSDRA, a déclaré que le déversement provenait du pipeline Trans-Niger exploité par Shell qui traverse les communautés de la région d’Eleme dans l’Ogoniland, une région où le géant de l’énergie basé à Londres a dû faire face à un recul local de plusieurs décennies dans son exploration pétrolière.

Alors que les déversements sont fréquents dans la région en raison du vandalisme des voleurs de pétrole et du manque d’entretien des pipelines, selon le Programme environnemental des Nations Unies, les militants qualifient ce déversement qui a commencé le 11 juin de « majeur ».

C’est « l’un des pires des 16 dernières années en Ogoniland », a déclaré un militant écologiste dont l’organisation à but non lucratif surveille les déversements dans la région du Delta.

Il a déclaré que les marées avaient envoyé des reflets de pétrole à environ 10 kilomètres (6 miles) plus loin dans les criques près de la capitale pétrolière du pays, Port Harcourt.

Par conséquent, Shell a arrêté la production en Ogoniland il y a plus de 20 ans, au milieu des troubles meurtriers des habitants qui protestaient contre les dommages environnementaux, mais l’oléoduc Trans-Niger continue d’envoyer du brut des champs pétrolifères d’autres régions à travers les communautés de la région vers les terminaux d’exportation.

Signalons que la plus grande économie d’Afrique dépend massivement des ressources pétrolières du delta du Niger pour ses revenus, mais la pollution de cette production a privé les habitants de l’accès à l’eau potable, a nui à l’agriculture et à la pêche et a accru le risque de violence, selon les militants.

Souvent, les compagnies pétrolières blâment le vandalisme des oléoducs par les voleurs de pétrole ou les jeunes lésés dans les communautés touchées pour les déversements, ce qui pourrait permettre aux compagnies d’éviter toute responsabilité.

La société Shell, basée à Londres, a déclaré qu’elle travaillait avec une équipe d’enquête conjointe, composée de régulateurs, d’habitants d’Ogoniland et d’autorités locales, pour identifier la cause et l’impact du déversement.

La NOSDRA (National Oil Spill Detection and Response Agency) a confirmé l’enquête conjointe, mais la cause du déversement – qu’il s’agisse d’un sabotage ou d’une panne d’équipement – n’a pas encore été révélée.

Des centaines d’agriculteurs et de pêcheurs qui ont été coupés de leurs moyens de subsistance insisteraient sur la restauration de l’environnement, puis sur une indemnisation. ACP/KHM/ODM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet