Bas-Uélé : le territoire d’Ango calme, après une tentative d’incursion des rebelles centrafricains

Bas-Uélé/Ango, 26 février 2024 (ACP).- La situation sécuritaire du territoire d’Ango dans le Bas-Uélé (au nord de la République démocratique du Congo) est redevenue relativement calme après une tentative d’incursion du groupe rebelle centrafricain (Seleka) contre un camp des éleveurs nomades « Mbororo » déjouée par l’armée nationale, a appris lundi l’ACP, de source administrative.

« Jusque-là, il y a du calme sur l’ensemble du territoire d’Ango, contrairement à ce que certains médias ont relayé annonçant la récupération d’une localité par des rebelles centrafricains de Seleka», a déclaré Marcelin Lekabusia, administrateur du territoire d’Ango, joint au téléphone par l’ACP.

«Entre le 20 et le 21 février, un groupe de quatre  à cinq rebelles de Seleka ont tenté de pénétrer dans le camp des Mbororo, mais aussitôt  informés, les Forces armées de la République démocratique du Congo(FARDC) les ont pourchassés ».

Pour bien contrer «des incursions à répétitions » dans cette partie de la République, l’autorité territoriale  a plaidé pour l’augmentation d’effectifs des FARDC dans son entité, de même que pour leur équipement.

Depuis des années, la province du Bas-Uélé connaît une insécurité due   aux multiples incursions des rebelles de Seleka de la République centrafricaine, LRA (Ouganda) ainsi qu’ à l’occupation illégale de plusieurs localités par des éleveurs nomades Mbororo, des réfugiés climatiques venus du nord avec ménages et élevage. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet