Fraude électorale en RDC : le gouverneur de la Tshuapa et son adjoint suspendus

Kinshasa, 13 janvier 2024 (ACP).- Le gouverneur et le vice-gouverneur de la province de Tshuapa (nord-ouest de la République démocratique du Congo) ont été suspendus vendredi, par le vice-ministre de l’Intérieur, subsidiairement à la précédente décision frappant les gouverneurs de Kinshasa, Equateur et Mongala, selon un document parvenu samedi à l’ACP.

« Subsidiairement à mon message du 11 janvier 2024 concernant la situation d’invalidation par la Céni, pour la province de la Tshuapa, étant entendu que le gouverneur et le vice-gouverneur sont concernés par la décision d’invalidation, l’intérim doit être assuré par le ministre provincial de l’Intérieur, au regard de la préséance conformément aux dispositions réglementaires », a précisé le télégramme de Jean-Claude Molipe, vice-ministre de l’Intérieur.

Il s’agit de Pancrace Boongo Nkoy, gouverneur de province, et Toussaint Elesse Liangi, vice-gouverneur de la Tshuapa, tous les deux élus à la tête de la province en 2019.  

D’après la décision du 11 janvier 2024 portant suspension des gouverneurs des provinces de Kinshasa, de l’Équateur et de la Mongala, également concernés par l’annulation des suffrages par la Céni pour fraudes, ceux-ci avaient été instruits de laisser l’intérim aux vice-gouverneurs et interdits d’engager leurs entités en attendant les animateurs qui seront élus.

« Tirant  les conséquences de la décision de la Céni en rapport avec les irrégularités enregistrées le 20 décembre 2023, l’ordre-vous est donné dès réception du présent message de laisser l’intérim à vos vice-gouverneurs », avait écrit en substance le vice-ministre de l’Intérieur.

Le ministère de l’Intérieur avait justifié cette mesure par le souci de «  ne pas gêner l’administration » desdites entités.

Auparavant, la Céni avait invalidé le vendredi 5 janvier 2023, les votes de trois ministres en fonction, ainsi que ceux de quatre gouverneurs de provinces, pour implication présumée dans des actes de fraudes, de bourrage d’urnes, d’incitation à la violence contre les agents de la Céni et de destruction du matériel électoral. Au total, 82 candidats députés ont été invalidés par la centrale électorale.

Au gouverneur et candidat député national dans la circonscription de Djolu, Pancrace Boongo, il avait été reproché, en plus des actes précités, la corruption, l’intimidation des électeurs et la détention illégale des dispositifs électroniques de vote (DEV), communément appelés « machines à voter ». ACP/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet