L’Algérie soutient les efforts du Président Félix Tshisekedi pour le rétablissement de la paix en RDC

Kinshasa, 31 octobre 2021 (ACP).- L’Algérie soutient les efforts fournis par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo visant le développement économique et social et le rétablissement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, a indiqué l’ambassadeur de la République démocratique et populaire de l’Algérie en RDC, M   Toufik Djouama, au cours d’une rencontre organisée samedi, à Kinshasa, à l’intention des professionnels des médias, à l’occasion de la célébration le 1er novembre, de la fête nationale de son pays.

« L’Algérie s’est engagée, depuis des longues dates, à soutenir les efforts menés en RDC en vue du rétablissement d’une paix durable sur toute l’étendue du pays en général et dans la partie Est en particulier », a-t-il dit, avant de rappeler le soutien indéfectible de l’Algérie à la RDC sur tous les plans.

Parlant de l’importance de la journée du 1er novembre en Algérie,   l’ambassadeur  Toufik Djouama a fait savoir que cette date marque le déclenchement de la révolution algérienne après sept ans et demi de lutte contre l’occupation française et le recouvrement de l’indépendance de son pays.

Pour lui, cette date qui marque un tournant important dans l’histoire de son pays est une source d’inspiration pour beaucoup de peuples et constitue un tournant important ayant contribué à l’accélération du processus de décolonisation en Afrique, en Asie et en Amérique Latine.

« Le combat  de l’Algérie pour l’émancipation et le développement du tiers monde s’est traduit également par son engagement en faveur d’un nouvel ordre économique international et son action soutenue au sein du Mouvement des pays non-alignés et du Groupe des 77 », a rassuré le diplomate algérien.

Les réponses aux revendications et aspiration exprimées lors des manifestations des Algériens avant cette date, a-t-il ajouté, ont visé des réformes profondes  telles que l’amendement de la Constitution algérienne, la tenue des élections législatives et l’adoption du Plan du gouvernement basé sur 5 axes prioritaires à savoir, le renforcement de l’état de droit et la consécration de la bonne gouvernance, la modernisation de la justice, la promotion des libertés, le dialogue, la consultation et l’établissement d’une société civile libre et responsable ainsi que la liberté des réunions, des manifestations pacifiques et de la presse, la lutte contre la corruption, la modernisation de l’administration et de la fonction publique.

L’Algérie prête à soutenir le Président Félix Tshisekedi dans la lutte  contre le terrorisme en Afrique

Toufik Djouam a précisé que le Président algérien  Abdelmadjid Tebboune est disposé à accompagner le Président en exercice de l’Union Africaine (UA), Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo notamment dans la lutte contre le terrorisme en Afrique, la réconciliation nationale post-conflit en relation avec la politique de démobilisation, démilitarisation et réintégration, les hydrocarbures ainsi que la gratuité de l’enseignement de base.

« C’est dans ce cadre que le Président Abdelmadjid Tebboune avait proposé au Président de l’UA, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo une initiative visant à renforcer les efforts collectifs des pays africains et les mécanismes de l’organisation continentale dans   la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violents en lui suggérant l’élaboration d’un nouveau plan de travail pour la prévention de ce fléau en remplacement de celui adopté en 2020 », a-t-il dit.

A cela s’ajoute l’activation du Fonds spécial de l’Union Africaine pour la prévention et la lutte contre le terrorisme, la réactivation du sous-comité du Conseil de paix et de sécurité, ainsi que la disponibilité de son pays à abriter une réunion ministérielle des pays membres de l’UA en vue de l’élaboration d’un nouveau plan d’action africain pour encadrer l’action africaine conjointe en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme dans ce continent conformément à l’entérinement de cette initiative par consensus lors de la dernière réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité de l’UA tenue le 22 octobre dernier.

Il a également, plaidé pour une solidarité agissante et une coopération accrue en vue de faire face aux dangers croissant et aux nouvelles menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité en Afrique tels que le terrorisme, les crimes organisés, le rôle déstabilisateur de l’ingérence étrangère, le changement climatique, les maladies et autres pandémies tel que la COVID-19.

Il a loué les efforts fournis par la RDC et l’Algérie  dans le domaine économique malgré la conjoncture difficile engendrée par la pandémie de la COVID-19 en oeuvrant pour le renforcement de la relance économique, la réforme du secteur public et commercial, la gouvernance des institutions publiques ainsi que l’amélioration du climat d’investissements.

L’ambassadeur algérien en RDC a indiqué également que son pays est préoccupé actuellement par l’évolution de la situation du Sahara Occidental aggravée ces derniers mois, par la rupture de cessez-le-feu suite à l’occupation par le Maroc de la bande de Guergaret, ajoutant que le conflit de cette contrée constitue une question de décolonisation car ce territoire est inscrit depuis 1963 sur la liste des non-autonomes des Nations Unies.  ACP/CL/KJI/MNI/KTM

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet