Les FARDC regrettent que les femmes et enfants soient mis comme boucliers humains par les groupes armés

Minembwe/Fizi, 15  juin 2021(ACP).- Les FARDC regrettent que les femmes et les enfants soient placés comme boucliers humains par les groupes armés dans les hauts plateaux de Fizi, notamment à Minembwe.

Dans un communiqué rendu public par le commandement des opérations Sukola 2 sud Sud-Kivu, les FARDC précisent que depuis 3 trois jours, certaines femmes ont pris d’assaut l’Etat-major de la 12ème brigade de réaction rapide à Minembwe et les enfants élèves envoyés à l’aérodrome pour organiser un sit-in.

Ce sont les seigneurs de guerre dans les conflits armés dans les hauts plateaux d’Uvira, Mwenga et Fizi qui orchestrent tout cela, précise le communiqué.

L’exemple le plus proche est celui d’hier lundi où le groupe armé Makanika a utilisé cette ruse pour protester contre l’arrestation d’un commandant de l’axe Kabingo, du nom de Bon fils Rutebuka, arrêté le samedi dernier avec une arme AKA 47 et 96, deux appareils de communication de marque Motorola et sa femme Pennine Consolet arrêtée avec deux chargeurs garnis de 60 munitions qui sont tous passés aux aveux.

Selon le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole  des opérations sukola 2, à part leur appartenance au groupe armé, ils font partie aussi  d’un réseau des vendeurs et acheteurs des effets militaires.

Le commandement des opérations sukola 2 demande aux autorités politico administratives et les notables de Minembwe de sensibiliser et conscientiser ces femmes et ces enfants de rentrer à la maison car la faute est individuelle.

Les 26 et 27 mai derniers, deux commandants des groupes armés Biloze Bishambuke et Mai-Mai Yakutumba ont été arrêtés à Masisi, rappelle-t-on. ACP/ZNG/KJI/Thd

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet