Les médias congolais interdits d’accorder la parole aux forces négatives

(Autorité de régulation)

Kinshasa, 23 Février 2024 (ACP).- Les médias émettant en  République démocratique du Congo ont été interdits vendredi d’accorder la parole aux forces négatives pour éviter «la propagation de fausses nouvelles de nature à alarmer les populations», dans un communiqué du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). « Le CSAC, autorité de régulation des médias, demande à ces derniers (les responsables des médias et autres intervenants) de s’abstenir d’accorder la parole aux forces négatives », a-t-on lu. Le communiqué a ajouté que l’institution d’appui à la démocratie interdit également la diffusion des débats relatifs aux opérations militaires menées par les Forces armées de la RDC (FARDC) « sans la présence d’un ou de plusieurs experts en la matière ». Cette institution d’appui à la démocratie a en outre demandé d‘ « éviter toutes les émissions à téléphone ouvert sur les opérations militaires sus évoquées et de s’interdire le changement de grilles des programmes sans l’avis préalable du CSAC ». Toutes ces mesures du CSAC sont parties d’un constat : « la diffusion à travers les médias émettant sur l’ensemble du territoire national, des débats radiotélévisés autour des opérations militaires engagées par les FARDC sans la présence ni l’encadrement des experts en matière de défense et de sécurité ». Le pays est « en situation de belligérance »,  mais « la plupart des émissions susvisées se passent sur fond de propagation de fausses nouvelles de nature à alarmer les populations, à les inquiéter ou à les exciter contre les pouvoirs établis », a fait savoir le CSAC. Pire, cesémissions ont tendanceà « démobiliser les militaires engagés au front », a-t-on relevé dans le document. Le 16 juin 2022, le CSAC à travers son rapporteur, Chantal Kanyimbo, avait exhorté les journalistes à traiter les informations sur la guerre dans l’Est de la RDC « avec professionnalisme », au cours de sa 90ème session ordinaire tenue à Kinshasa. « Le CSAC recommande de traiter et de diffuser les informations sur les conflits intercommunautaires ou guerre dans l’Est avec professionnalisme en privilégiant tout ce qui est susceptible de promouvoir  la cohésion et l’unité nationale », avait-elle déclaré. Elle avait également invité les journalistes à s’interdire des émissions à téléphone ouvert sur la guerre dans l’Est du pays. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet