Nord-Kivu : une délégation gouvernementale à Goma pour l’inhumation des victimes des bombardements

Goma, 09 mai 2024(ACP).- Une délégation du gouvernement de la République démocratique du Congo est en séjour à Goma au Nord-Kivu (Est du pays), pour procéder à l’inhumation des victimes des bombardements du site des déplacés de Mugunga par l’armée rwandaise, a-t-on appris jeudi de source officielle.

« Nous venons de terminer une réunion ici au gouvernorat. Le gouverneur nous a communiqué le bilan à ce jour. Ce bilan qui était de 14 morts a évolué aujourd’hui à 35 morts et 37 blessés. Nous avons décidé d’organiser des obsèques le samedi prochain. Une autre délégation de Kinshasa nous rejoindra le samedi » a annoncé  Modeste Mutinga, ministre de l’Action humanitaire.

« Nous sommes une délégation dépêchée par le gouvernement de la RDC à la demande du Président Félix Tshisekedi qui a interrompu sa mission à l’étranger pour compatir avec la population du Nord-Kivu », a-t-il expliqué le chef de la délégation gouvernementale

Le ministre a également indiqué que toutes les dispositions ont été prises pour organiser des obsèques dignes en honneur des citoyens dont la vie a été sauvagement arrachée par les terroristes M23/RDF.

« Nous sommes donc en deuil. Nous continuerons la méditation jusqu’à l’organisation des obsèques le samedi prochain. La première assistance va consister à l’inhumation de ces enfants, femmes et vieillards fauchés et  arrachés à l’affectation humaine. Il est également projeté une remise des vivres et non vivres au bénéfice des familles éplorées », a fait savoir le ministre Mutinga.

Cette  délégation élargie à quelques députés nationaux élus du Nord-Kivu a effectué une visite dans les hôpitaux où sont pris en charge les blessés. Sur place, les membres du gouvernement ont été rassurés de l’évolution positive de l’état de santé des trente-sept (37) rescapés des bombardements.

« Nous avons a eu un bilan médical positif pour les trente-sept rescapés pour qui le danger s’écarte de plus en plus grâce à la prise en charge par le personnel de santé du centre hospitalier Betesda de la Communauté baptise au centre de l’Afrique(CBCA) et de l’Hôpital provincial du Nord-Kivu », a-t-il dit

La communauté internationale aux abonnés absents

De son côté, le ministre de l’Action humanitaire a déploré « des crimes contre l’humanité commis par le Rwanda et le M23 sur les populations congolaises de l’Est du pays », soulignant que ceux-ci ne resteront jamais impunis.

Fabrice Puela a dénoncé « le silence assourdissant de la communauté internationale » face à la violation du Droit international humanitaire par le Rwanda sous couvert du M23.

S’appuyant sur les règles régissant la communauté internationale, notamment la convention de Genève de 1949 et son protocole additionnel de 1977, le ministre des Droits humains a rappelé la protection des sites inattaquables, même pendant la guerre.

Pour Fabrice Puela, « il est inadmissible que la communauté internationale soit aux abonnés absents » face aux violations systématiques et systémiques du droit international humanitaire dont la RDC est actuellement victime.

« Nous profitons de vos micros et caméras pour interpeller la communauté internationale. Nous en avons marre de cette omerta, nous en avons marre de cette ambivalence de la communauté internationale », a-t-il renchéri. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet