CAN 2023 : un ministre ivoirien souhaite la 3ème place à la RDC

Abidjan, 10 février 2024 (ACP).- Le ministre ivoirien des Sports a souhaité la 3ème place  à la République démocratique du Congo (RDC), à la 34ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2023, en match de classement contre l’Afrique du Sud, jeudi, dans un entretien.

« Mon vœu le plus ardent est que les Léopards de la République démocratique du Congo (RDC) puissent terminer cette Can ivoirienne, à la 3ème place au classement général et remportent la médaille d’argent », a déclaré, Adje  Silas, ministre ivoirien des Sports.

C’était au cours d’une une interview accordée essentiellement aux journalistes venus de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC).

Adje Silas, le Kinois et l’Ivoirien

Le ministre des Sports ivoirien a expliqué les raisons qui ont motivé ce choix qu’il a qualifié de son cœur, lui qui se clame Kinois d’adoption et ivoirien de naissance.

« C’est avec pincement au cœur, en tant Kinois de voir que mon pays d’adoption, la RDC, a été battu par mon pays de naissance, la Côte d’Ivoire (0-1), en demi-finale de la 34ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Je le dis parce que je me considère comme Kinois du fait d’avoir résidé longtemps à Kinshasa », a-t-il ajouté.

« Ce match de demi-finale a été convivial et le meilleur l’a emporté au dernier coup de sifflet. Mais, les Léopards de la RDC n’ont nullement démérité. C’est une bonne équipe truffée de nombreux talents aux qualités techniques et tactiques indéniables. Comme il fallait un vainqueur au dernier coup de sifflet, le destin a choisi la Côte d’Ivoire, mon pays d’origine », a renchéri le ministre des sports ivoirien Silas,  qui  s’est  penché  sur l’évaluation  de la réussite de l’organisation de la CAN 2023 dont il a dévoilé le secret.

« La réussite organisationnelle de la 34ème  CAN est la résultante combinée de la détermination et de la prise de conscience de la Côte d’Ivoire dont le Chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara a consenti d’énormes efforts financiers pour la construction de nombreux stades au style architectural ultra-moderne », a-t-il reconnu.  

« Il était tout à fait indiqué que nous autres, commis pour assurer la gestion de ce département des sports, avons veillé à ce que cette organisation, même si elle n’est pas parfaite, soit du moins, très bonne », s’est-il encore exprimé, quand bien même la perfection n’est pas de ce monde, son constat est que tous les autres compartiments liés l’organisation de cette compétition ont été pris en compte.

« La population a fait  sienne cette compétition qui était organisée, en matière de mobilisation, de sécurité, de la restauration et de transport. Les Ivoiriens étaient aussi organisés pour soutenir telle ou telle équipe. Et les stades n’ont jamais désempli », a lancé le n°1 du sport ivoirien qui a arboré un large sourire de satisfaction.

« De manière globale, la tendance est à la perfection, au niveau de l’organisation, même si je suis venu de Kinshasa pour Abidjan sans savoir ce pourquoi je venais. Je suis tombé sur un poste ministériel et dès le lendemain, on a tenu le conseil des ministres si bien que je n’ai pas eu le temps d’aller chercher mes affaires. Du coup, je me suis mis à la tâche », a-t-il signifié.

Et de conclure, à la manière du défunt premier président sénégalais, Léopold Sédar Senghor, selon qui, dans l’un de ses ouvrages littéraires, avait écrit qu’en « S’ouvrant à Paris, Paris l’avait ouvert au monde ».

Trois  ministres à l’écoute des journalistes

Le ministre des Sports ivoirien s’y était rendu en compagnie des deux de ses collègues de la Santé, Pierre N’Gou Dimba et de l’information, Coulibaly Amadou, avec à leur côté, le président du Comité local d’organisation de la CAN 2023 (Cocan), Amicha François.

En fait, à quelques jours de la clôture de la 34ème  CAN, tous ont tenu à approcher les journalistes pour en savoir sur leur condition de travail et leur aperçu sur cette compétition. Ensuite, sur leur propre initiative, ils  se proposaient à s’enquérir sur l’Etat de santé de certains journalistes qui, le 24 janvier dernier, à bord d’un bus de transport mis à leur disposition.

A l’occasion, ces ministres ont eu les informations utiles de la part des journalistes qu’ils ont rencontré sur place et à qui ont soumis leurs desideratas et certaines propositions. ACP/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet