Conservation de la nature : atelier tripartite RDC-Ouganda-Rwanda à Kampala

Kinshasa, 21 mars 2024 (ACP).-Un l’atelier  tripartite réunissant la RDC, l’Ouganda et le Rwanda  sur la validation de la stratégie 2024-2033 de la Collaboration transfrontalière du Grand Virunga (GVTC) s’est déroulé du 20 au 21 mars 2024 à Kampala, a appris jeudi l’ACP de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN).

 « Quand on parle de conservation, on doit penser à son voisin. Alors, nous ne pouvons pas séparer nos conservations, nous sommes une communauté transfrontalière ainsi nous sommes honorés de faire partie de ce processus et conscients de cette responsabilité », a déclaré Joël Wengamulayi, représentant du Directeur général de l’ICCN aux assises de deux jours à Kampala en République Ougandaise, joint par l’ACP. 

Il a indiqué qu’il n’y a pas un gâteau offert sur la table, mais un engagement ferme à prendre en vue d’une collaboration durable. 

Le secrétaire exécutif de la Collaboration transfrontalière du Grand Virunga (GVTC), le Dr Andrew Gunga Seguya a fait savoir que cet atelier de deux jours a connu la participation des délégués des pays qui se partagent les paysages des Virunga. Ils ont apporté leurs contributions conformément aux réalités de leurs situations afin d’éclairer la prise de décision sur la gestion durable et cohérente de ce paysage.

« Ces travaux sont très importants dans la mesure où l’intégrité des aires protégées du paysage Grand Virunga ainsi que la santé de la faune sauvage doivent être renforcées, les espèces invasives sont gérées et la dépendance des populations aux ressources naturelles préservées dans les aires protégées du paysage Grand Virunga est réduite. La valeur et le volume d’activités touristiques du Grand Virunga sont renforcés », a-t-il dit.

M. Gunga Seguya a par ailleurs insisté sur l’urgence de rendre visible les activités du paysage des Virunga et le renforcement de la capacité financière de GVTC à coordonner durablement la collaboration transfrontalière. Cette stratégie doit impérativement prendre en compte les vrais problèmes auxquels le paysage des Virunga est confronté à ce jour. Il s’agit notamment, des conflits Homme-faune, les menaces liées aux espèces invasives, l’insécurités et les conflits fonciers.

« Le parc des Virunga est un habitat de beaucoup d’espèces. GVTC a donc beaucoup de défis à relever, tels que : la croissance démographique, la menace du changement climatique visible à travers le glissement des terrains, la pauvreté, l’instabilité causée par les conflits armés, l’utilisation abusive du parc pour des activités agricoles, l’exploitation pétrolière… Mais, parmi ces défis, il y a aussi des opportunités comme le développement durable », a indiqué le représentant de l’Ambassadeur néerlandais à Kampala, Karim Bovin. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet