CAMI: plus de 3000 titres miniers octroyés en RDC

Kinshasa, le 30 janvier 2024 (ACP).- Trois mille cinquante (3050) titres miniers octroyés en République démocratique du Congo (RDC) ont été  présentés, lundi dans un tableau récapitulatif par le directeur général du Cadastre minier (CAMI), a appris  l’ACP, mardi, de source administrative.

« Actuellement, il existe 3050 titres miniers octroyés en RDC.  L’ambition est de faire du CAMI un cadastre de la Nation, en mettant l’accent sur l’impact des activités minières sur le développement du pays pendant l’exploitation industrielle », a déclaré Popol Mabolia Yenga le directeur Général.

La vision du Président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, est d’assainir le domaine minier et d’actualiser les connaissances géologiques pour valoriser le secteur des mines du pays, a dit le directeur général du CAMI lors d’une Conférence sur les droits de l’homme et l’exploitation minière en RDC.  M.Mabolia a rappelé  l’historique de la création du Cadastre Minier, ses missions tout en mettant l’accent sur son caractère scientifique qu’il s’engage à développer, ensemble avec le comité de gestion, ainsi que tous les cadres et agents du CAMI.

Cette conférence a été  organisée par le Club des Droits de l’Homme de l’Université catholique du Congo, (CDHUCC), sur le thème « Les droits de l’Homme et l’exploitation minière en RDC ».

L’intervention du directeur général a porté sur le sous-thème « Gestion du domaine minier : enjeux et perspectives ». A cette occasion, M. Mabolia a mis un accent particulier sur la  la vision du CAMI, qui vise à revitaliser son caractère scientifique grâce à la direction d’Études, qui soutiendra désormais la recherche scientifique, les analyses et les études visant à identifier les problèmes liés à l’application du Code Minier.

Il s’agit  de faire  du CAMI un établissement public plus ouvert aux conférences et aux débats au sein de la communauté estudiantine. Cette activité, a également connu la participation du professeur émérite Grégoire BAKANDEJA wa MPUNGU, dont le sous-thème a porté sur « Les droits de tous les acteurs impliqués dans l’exploitation minière, ainsi que ceux qui en subissent les effets ».

Pour sa part, M. Didier KAKU, inspecteur général des mines, a présenté une exposition sur la lutte contre la fraude et la contrebande minières. Plus de 80 étudiants, principalement ceux du Master 2 en Droit, ont participé à cette conférence-débat.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet