Entrepreneuriat : la lutte contre les tracasseries administratives aux menus des échanges à Kinshasa  

Kinshasa, 2 février 2024 (ACP).- Des échanges pour la lutte contre les tracasseries administratives et fiscales en République démocratique du Congo au cours de l’année 2024 a été aux menus des échanges entre le ministre de l’Entrepreneuriat, petite et moyenne entreprise (MPME)  et les responsables des structures, a appris l’ACP vendredi, de source officielle.

« J’ai reçu les représentants des différentes structures, afin d’échanger sur les doléances et requêtes formulées par les entrepreneurs congolais lors de leur rencontre avec le président de la République, autour de la lutte contre les tracasseries administratives et fiscales pour cette nouvelle année 2024 pour les aider à développer leurs micros, petite et moyenne entreprises » a dit M. Désiré M’zinga Birihanzi, ministre de l’Entrepreneuriat, petite et moyenne entreprise (MEPME)

Il a fait savoir que, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, avait encouragé les entrepreneurs congolais à s’acquitter des impôts et taxes tout en promettant un effort de la part du gouvernement dans la rationalisation de la fiscalité, au cours de ladite rencontre. Le président avait également rassuré les entrepreneurs qu’il va lutter contre les tracasseries administratives et fiscales en améliorant les climats des affaires.

« Le Président de la République a la ferme conviction que le potentiel économique de notre pays ainsi que notre décision de le valoriser pour un développement harmonieux des populations doivent nous permettre de susciter des millionnaires congolais qui s’émancipent et s’enrichissent par le fruit de leur travail et leur leadership entrepreneurial », avait déclaré le président Tshisekedi.

Et d’ajouter : « l’entrepreneuriat favorisera la création de la richesse nationale dont il incombera aux dirigeants publics d’en assurer une redistribution plus juste et plus équitable conduisant ainsi notre Nation à l’émergence grâce à l’élargissement de la classe moyenne » a-t-il relevé.

M. Désiré M’zinga Birihanzi, a rappelé à ses hôtes que la vision pour atteindre ces objectifs s’articulent autour de quatre axes, à savoir : la facilitation de l’accès aux crédits pour tous les entrepreneurs; le renforcement des capacités des entrepreneurs et la vulgarisation de l’information concernant l’activité de petite et moyenne entreprises & Industries (PME/I) ; la disponibilité des opportunités d’affaires et l’accès facile aux marchés pour les PME/I ; et la mise en place d’un environnement des affaires beaucoup plus incitatif.

Aux  membres des institutions qui accompagnent son ministère, il a rappelé les doléances et les requêtes formulées par les entrepreneurs. Celles-ci ont porté sur le renforcement du financement des structures d’accompagnement, la recherche d’une solution au processus de décaissement des fonds en faveur des entrepreneurs et l’implantation du guichet unique de création d’entreprise dans toutes les provinces du pays.

En réaction à la recommandation du ministre, les responsables des structures ont sollicité auprès du ministre de tutelle, l’abolition des tracasseries administratives et fiscales, la diminution du poids de la fiscalité, l’accès aux marchés par le biais de signature des contrats commerciaux pour sécuriser le flux de trésorerie de ces entreprises. C’est dans cette perspective qu’il leur a promis d’intensifier, la mise à disposition des fonds à accorder aux structures d’accompagnement telles que le Fonds de Garantie pour l’entrepreneuriat au Congo (FOGEC), l’Agence nationale de développement de l’Entrepreneuriat Congolais (ANADEC) et le Fonds spécial pour la Promotion de l’Entrepreneuriat et l’Emploi des Jeunes (FSPEEJ) en vue d’engendrer des subventions venant de l’État en faveur des jeunes entrepreneurs. ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet