Ituri : les conflits des limites administratives, l’un des facteurs importants des violences (président d’une ONG)

Bunia, 10  février 2024  (ACP).- Les conflits des limites administratives figurent au nombre des facteurs importants qui alimentent les violences dans la province de l’Ituri (Nord-Est de la République Démocratique du Congo), a fait savoir vendredi le président d’une association, à l’issue d’un atelier.

« Au terme des recherches et analyses faites dans notre province, nous nous sommes rendus compte que parmi les facteurs importants qui alimentent les conflits et les violences en Ituri, il y a aussi les conflits des limites administratives », a déclaré M. Jean-Marc Mazio, président du conseil d’administration de l’ONG « Mwangaza Peace ».

 « C’est cette cartographie là que nous avons réalisé. Nous avons accompagné la province de l’Ituri à élaborer une cartographie.[…] Aujourd’hui nous avons un tableau clair qui présente toutes les situations liées aux conflits des limites administratives en province. Ensemble avec les autorités, avons décidé de commencer quelque part et nous en tant que « ONG » en collaboration avec le PNUD, sommes là pour faciliter le processus dans le cadre de la consolidation de la paix », a dit M. Mazio, à l’issue de l’atelier d’installation et de formation des membres de la commission provinciale de gestion des conflits des limites.

Concernant la procédure à suivre pour procéder à la délimitation de différentes entités administratives, Jean-Marc Mazio a lâché « C’est tout un processus. Au cours de cet atelier, nous avons eu à élaborer une feuille de route qui prévoit plusieurs étapes.[..] ce qui est important des questions sont abordées à plusieurs niveaux. Il n’y a pas que les autorités et les chefs coutumiers, il y a aussi des structures communautaires dans chaque entité concernée. On a aussi créé des dynamiques d’échanges permanents pour assurer que l’approche est vraiment inclusive », a-t-il dit.

L’expertise de l’institut géographique appréciée

Par ailleurs, Jean-Marc Mazio s’est félicité de l’expertise des délégués du ministère de l’Intérieur ainsi que ceux de l’Institut géographique, venus de Kinshasa pour analyser et traiter cette épineuse question des conflits des limites administratives dans le but de trouver des solutions concrètes à la résolution pacifique de différends entre entités pour asseoir une paix durable.

« Nous avons bénéficié de la présence des experts de Kinshasa du ministère de l’Intérieur ainsi que de l’Institut géographique, parce que comme vous le savez à chaque fois quand on se rencontre autour des questions administratives, il y a des gens qui pensent qu’il faut avoir des cartes, des documents ou quelques choses qui alimentent les discussions », a-t-il fait savoir, avant d’annoncer la possibilité de doter ces entités des évidences des cartes qui vont alimenter les discussions.

« Tout le monde veut la paix et cette paix nous devons la construire ensemble dans la transparence », a-t-il souligné.

Organisé par l’ONG « Mwangaza Peace », en collaboration avec le PNUD et appuyé par le Royaume des Pays-Bas, cet atelier de quatre (4) jours soit du 05 au 08 février 2024, qui a connu la participation, notamment des chefs coutumiers, des leaders communautaires, des responsables de sécurité de l’Ituri sous la facilitation des experts de l’Institut géographique, du ministère de l’Intérieur, a cogité autour de l’élaboration d’une cartographie de la ville de Bunia pour lutter contre les conflits fonciers, conclut-on.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet