Elections 2023 : les préoccupations des producteurs agricoles présentées aux candidats

Kinshasa, 07 décembre 2023(ACP).- Les préoccupations de la confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC) ont été présentées jeudi à Kinshasa, en République démocratique du Congo, à ses différents membres, candidats aux échéances électorales 2023, au cours  d’une   cérémonie de présentation de la charte paysanne y afférente.

« Les grandes préoccupations des producteurs agricoles familiaux s’articulent autour de trois axes principaux qui sont: la souveraineté alimentaire, la bonne gouvernance et la paix durable que nos candidats, une fois élus devront prendre en compte », a déclaré M. Sylvain Ntumba, secrétaire technique du comité national pour la promotion de l’agriculture familiale.

L’objectif de cette activité, a-t-il dit, est de responsabiliser les organisations paysannes, d’interpeller et d’appeler à un engagement ferme des candidats aux élections de 2023.

De son côté, Mme Espérance Nzuzi, présidente nationale de la CONAPAC, a souligné que l’activité du jour avait notamment pour objectif de mobiliser et de sensibiliser les candidats aux élections de 2023 et l’électorat, précisément les producteurs agricoles pour des élections responsables, avec l’engagement d’une classe politique soucieuse des intérêts des producteurs agricoles familiaux.

M. Malembe Simplex, chargé de programme et plaidoyer de la CONAPAC, a expliqué pour sa part que les membres de cette méga plateforme sont déployés dans 18 provinces de la RDC et représentent près de 3 millions de personnes. 

La CONAPAC, selon lui a une seule ambition : aider l’électorat congolais en général, et le paysan en particulier, à opérer le bon choix des futurs dirigeants et créer aussi une synergie entre elle et ces responsables, pour une meilleure mobilisation autour des revendications des paysans.

Cette cérémonie de présentation de la charte paysanne électorale a été organisée en marge du festival de films AlimenTerre placé sous le thème : « Les alternatives aux pesticides interdits et dangereux ».

Il s’agissait d’alerter et d’informer les futurs parlementaires sur les dangers que court la population afin de les amener à prendre des mesures répressives et correctives contre l’envahissement de ces produits dangereux (pesticides).

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet