Elections législatives : l’examen du seuil électoral annonce la publication des résultats

Kinshasa, 11 janvier 2024 (ACP).-Tout semble annoncer la publication dans les  tous prochains jours des résultats des élections législatives 2023 organisées en République démocratique du Congo.

Une source proche de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a indiqué à l’ACP que l’étape décisive a été franchie : la liste dressée des partis regroupements politiques ayant atteint le seuil.

Au  moins 26 regroupements politiques n’ont pas atteint le seuil de 1% de suffrages valablement exprimés aux législatives nationales de décembre, selon la source.

Conformément à la loi électorale, compte tenu des votants,  pour recueillir un siège a l’Assemblée nationale, chaque regroupement politique devrait recueillir au moins 179.000 voix sur l’ensemble du pays.

La page du seuil tournée

 Seuls 40 auraient rempli cette condition et, dans le lot des partis et regroupements politiques ayant pignon sur rue, notamment l’UDPS/Tshisekedi, le MLC de Bemba, l’UNC de Kamerhe, l’AFDC de Bahati.

Parmi les non-partants, les formations politiques de Matata, Kayinda, Samy Badibanga, Sesanga et autres Kyabula  sont notamment citées.

Et donc les voix de leurs candidats députés ne seront pas pris en compte pour accéder à l’hémicycle de Lingwala (L’Assemblée nationale).

Le 3 janvier était la date prévue pour la publication des résultats des élections législatives nationale, provinciale et municipales par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

La centrale électorale tarde à dévoiler le secret des compilations, dépassant ainsi la date arrêtée par le calendrier électoral.

Une source proche de la Céni a rapporté à l’ACP que des séances de compilations tirent en longueur et que le jour J approche.

Ce, en dépit d’un imprévu qui semblait venir freiner l’élan pris par les agents électoraux.

Il s’agit de la magouille et la fraude de 82 candidats auxdites élections  éliminés de la course  vendredi 5 janvier,  après contrôle d’une commission d’enquête spéciale diligentée par la Céni.

Ces présumés ennemis de la démocratie ont cru retarder la publication des résultats en déposant leurs recours au Conseil d’Etat, juge administratif, pour remettre en question la décision de la Céni.

Le temps que prendront les audiences de cette haute juridiction judicaire semble les arranger.

Du coup ils banalisent les faits et s’en prennent en retour à l’équipe à Denis Kadima, ci-devant président de la centrale électorale congolaise.

« Ce sont des allégations. La Céni ne peut pas se comporter comme juge et partie. Il faut que la Céni apporte les preuves », a soutenu mercredi à l’issue de l’audience à huis clos du Conseil un membre de leur collectif d’avocats.

Tous semblent plaider non coupables, défiant par ce fait la prouesse des techniciens de la Céni, qui les ont eus la main dans le sac.

Le Conseil d’Etat a pris leur affaire en délibéré avant de prononcer le verdict  vendredi.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet